Les commerçants du Plateau restent positifs

Les commerçants du Plateau restent positifs

Pour Julie Poirier, co-propriétaire de la boutique Menottes et petits pieds, à gauche, il est devenu indispensable pour les commerçants d’être actifs sur les réseaux sociaux, afin de fidéliser la clientèle et de se faire connaître. Elle pose en compagnie de l’employée Marianne Simard.

Crédit photo : Le Manic

Baie-Comeau – La Société de développement commercial (SDC) du Plateau démarre l’année sur une note positive. Selon son directeur Georges Daviault, le discours des différents intervenants venus participer à son 5 à 7 des fêtes a permis de rassurer les commerçants présents quant au développement économique de la ville.

Une quinzaine de commerçants se sont réunis pour le 5 à 7 des fêtes de la SDC du plateau, le 18 décembre, en présence de Marcel Furlong d’Innovation et développement Manicouagan (IDM), de Vivianne Richard de la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) et de la députée fédérale de la Manicouagan Marilène Gill.

Les différents participants ont échangé sur des questions politiques, comme le dossier du port ou du pont à Tadoussac, mais aussi sur les différentes stratégies réalisées par les organismes de développement économique.

Photo prise lors du 5 à 7 des fêtes de la SDC du Plateau.
Photo des commerçants prise lors du 5 à 7 des fêtes de la SDC du Plateau.

 

Discours optimiste

Selon Georges Daviault, les intervenants ont servi un discours plein d’optimisme en plus de se montrer mobilisés sur la question du développement industriel de la ville. «C’était important pour nous de partager notre sentiment car on a plutôt l’habitude d’entendre un discours économique morose», se justifie le président du regroupement de commerces.

D’après ses informations, les commerçants ont apprécié le fait de voir que plusieurs personnes s’activent et se parlent des gros dossiers de développement actuels, tels que la zone industrialo-portuaire ou Mason Graphite, et ce, malgré un contexte économique difficile.

«En affaires il faut travailler fort mais le succès appartient à ceux et celles qui y croient encore plus» – Georges Daviault.

Commissariat industriel

Le président de la SDC estime que le travail accompli par les différents organismes en charge du développement industriel ressemble fort à un commissariat industriel.

À titre personnel, il croit que la création officielle d’une telle structure serait une bonne nouvelle puisque les commissariat industriels doivent faire du démarchage en plus d’accompagner des projets. «On a presque cela dans les faits», se réjouit-il.

Sentiment partagé

Quelques commerçants du Plateau interrogés en ce début du mois de janvier confirment le sentiment de M.Daviault.

Emmanuel Thibault, propriétaire de la Bijouterie Thibault, pense par exemple que le problème du développement économique est «à la taille du Québec» et se réjouit de la mobilisation sur ce sujet à Baie-Comeau. «Tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir», lance-t-il. Selon lui, les pires années sont passées.

Sabrina Harrison, gérante de la boutique Fillion sports, assure aussi que «ça va bien». La commerçante estime avoir eu beaucoup d’achalandage durant le temps des Fêtes et pense que les gens ont modifié leurs habitudes de consommation. «C’est sûr qu’Internet a fait un peu mal, mais les gens font attention à acheter local», explique-t-elle.

Un avis que partage Julie Poirier, co-propriétaire de la boutique Menottes et petits pieds. « Les gens prennent le temps de regarder ce qu’il y a à Baie-Comeau avant d’aller acheter ailleurs», confirme-t-elle.

Selon elle, Internet a changé la donne. «Il faut être sur les réseaux sociaux», affirme la commerçante.

La SDC du plateau représente près de 80 entreprises et commerces situés au centre-ville du plateau, dans la section Puyjalon et Bossé, entre la rue des Épilobes et le boulevard Blanche.