Bobby Lévesque retrace 80 ans d’histoire des pompiers dans un bouquin

Bobby Lévesque retrace 80 ans d’histoire des pompiers dans un bouquin

Bobby Lévesque, au centre, pose en compagnie de pompiers présents au lancement de son ouvrage sur l’histoire des services incendies de la ville de Baie-Comeau de 1937 à aujourd’hui. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Un livre retraçant les 80 ans d’histoire des services incendies de la ville de Baie-Comeau vient d’être lancé sous la plume de Bobby Lévesque, lui-même pompier à temps partiel pendant 18 ans.

Coiffé du titre 80 ans d’histoire : Pompiers de Baie-Comeau et de Hauterive, l’ouvrage de quelque 165 pages représente trois années de travail pour son auteur. Trois années au cours desquelles il a fouillé ici et là et questionné bien des gens afin de réussir à glaner une panoplie d’informations et de photographies pour dresser l’histoire des pompiers.

« Je suis sûr que vous avez compris que d’écrire un livre sur une histoire quand on n’est pas historien, ce n’est pas facile et ça demande beaucoup de travail de recherche », a-t-il précisé lors du lancement du 7 décembre. Se décrivant comme un peu perfectionniste de nature, M. Lévesque avoue avoir dû travailler sur lui afin de ne pas prendre 10 ans à réaliser son projet.

Le résultat est réussi. Le livre, qui se décline dans un format carré de près de 22 cm par 22 cm, renferme des textes ainsi qu’une multitude de photographies qui permettent aux lecteurs de bien saisir le passé et le présent de la lutte aux incendies avec leurs principaux acteurs, mais aussi de survoler l’engagement des pompiers dans leur communauté au fil des ans.

L’auteur explique son intérêt pour l’histoire des services incendies par l’organisation des festivités entourant le 30e anniversaire, en 2011, de l’Association des pompiers volontaires de la ville de Baie-Comeau, qu’il présidait à ce moment-là.

Des incendies historiques

L’auteur ne peut évidemment pas passer à côté des grands incendies qui ont marqué l’histoire depuis 1937, comme celui du 19 mars 1944 qui avait détruit complètement le Quebec North Shore Inn (le Grand Hôtel aujourd’hui) sur Place La Salle.

On apprend aussi que le centre-ville a de nouveau été le théâtre d’un incendie dévastateur le 26 février 1964 qui avait consumé quatre édifices, abritant chacun quelques commerces. Les pompiers de Hauterive et de Chute-aux-Outardes avaient été appelés en renfort pour combattre dans la froidure cet incendie.

Le 19 décembre 1965, c’était le Manoir Comeau qui disparaissait en flammes. En février 1974, un autre incendie faisait rage sur Place La Salle et détruisait trois commerces, dont le restaurant Apollo.

Évidemment, M. Lévesque ne peut passer à côté des grands feux de forêt de l’été 1991, qui sont restés gravés dans la mémoire de bien des gens, notamment en raison des cendres qui ont recouvert la ville et qui ont même été transportées par les vents jusque dans les Maritimes. Plusieurs se souviendront aussi de ce fameux après-midi du 26 juin au cours duquel la ville de Baie-Comeau avait été plongée dans le noir en raison du couvert de cendres.

Ça se poursuit!

Du côté de l’ex-ville de Hauterive, des incendies marquants sont également répertoriés dans l’ouvrage historique, comme celui du 10 mai 1972 qui a détruit l’école préfabriquée des Métiers (surnommée cages à poules). Le pavillon central était sauvé, mais 1 200 élèves du secondaire perdaient leurs locaux de classe.

L’incendie de l’école Mgr-Bélanger de septembre 1975 aura privé 800 enfants de cours, mais le pire demeurera le décès du policier-pompier Jean-Guy Thériault, terrassé par un malaise cardiaque pendant le combat. Il s’agit du seul sapeur décédé en service dans l’histoire de la ville de Baie-Comeau.

Parmi les autres incendies recensés, il y a celui du pavillon central (aujourd’hui l’école secondaire Serge-Bouchard) à l’hiver 1976, celui de B.F. Fourniture, un magasin de meubles, sur la rue Bossé en janvier 1985 et celui d’un transformateur d’Hydro-Québec au poste Hauterive en 1992.

Disponibilité

Le livre 80 ans d’histoire : Pompiers de Baie-Comeau et de Hauterive a été publié par les Éditions Nordiques à Baie-Comeau. Deux cents exemplaires ont été imprimés et ils sont disponibles au journal Le Manic au cout de 30,48 $, taxes incluses, pour la version papier, tandis que la version électronique est à 21 $.

L’auteur versera tous les profits de la vente à l’Association des pompiers à temps partiel de Baie-Comeau.

« C’est ma façon de redonner à la collectivité. J’ai voulu que (les profits) servent pour les enfants, spécifiquement aux départements de la pédiatrie et d’oncologie pédiatrique de l’Hôpital Le Royer », a-t-il expliqué. Les enfants malades ont toujours été la cause défendue par les pompiers.

La publication de l’ouvrage, un projet de 10 000 $ avant taxes, a obtenu le soutien financier de la Ville de Baie-Comeau, la Caisse d’économie Desjardins des employés d’Alcoa-Manic-McCormick et du photographe Claude Mazerolle.