Championnat du monde de course à obstacles – Deux gars de Baie-Comeau vivent la grande aventure

Championnat du monde de course à obstacles – Deux gars de Baie-Comeau vivent la grande aventure

Vincent Grenier (à gauche) et Eddy Philibert-Boulianne (à droite) n’ont pas chômé et ont vécu des émotions fortes lors de leur récente participation au championnat du monde de course à obstacles présenté à Blue Moutain en Ontario. Photos courtoisie

Baie-Comeau – Deux sportifs de Baie-Comeau ont récemment vécu une grande aventure quand ils ont pris le départ du championnat du monde de course à obstacles présenté à Blue Montain en Ontario.

Vincent Grenier (29 ans) et Eddy Philibert-Boulianne (28 ans) n’ont pas eu le temps de chômer lors de ce rendez-vous grandiose, qui a regroupé des aspirants en provenance de 67 pays à travers le monde.

Le calibre de la compétition était très relevé. La météo ne s’est pas révélée comme une grande alliée et la pluie abondante a rendu très boueux tous les chemins et les obstacles du parcours.

Des étapes de sprint de 3 kilomètres et de 5 kilomètres en équipe étaient au programme de la fin de semaine tout comme l’épreuve ultime individuelle échelonnée sur 15 kilomètres.

Jour 2

En lice dans la catégorie des 25-29 ans, nos deux délégués ont affronté leur principale mission lors du jour 2 en s’attaquant au fameux défi de 15 kilomètres comprenant 43 obstacles et un tracé de 1000 mètres de dénivellation.

« L’épreuve se présentait comme une bête prête à démolir tous les participants. Dès la première montée, nous pouvions constater les dégâts causés par la pluie. C’était des montées et des descentes sans fin. Les obstacles étaient glissants rendant même difficiles les choses les plus simples », a raconté Grenier.

Eddy et Vincent ont été coude à coude durant la majorité du parcours. Avant la dernière descente, Eddy a échoué un obstacle et Vincent est parvenu à prendre les devants avec 200 mètres et quatre obstacles à surmonter avant la ligne d’arrivée.

Fin abrupte

Malgré son avance, Grenier a toutefois vu sa course prendre fin de façon abrupte. « Je me suis fendu les mains faute d’acharnement à un obstacle que j’aurais dû abandonner bien plus tôt. Arrivé à l’obstacle suivant, un préposé m’a soigné et j’ai pu finir la course de peine et de misère. »

De son côté, Philibert-Boulianne a franchi cette « zone mortelle » sans problème et s’est pointé au fil d’arrivée en 3 heures, 22 minutes et 7 secondespour ainsi s’approprier la 111e place sur près de 250 aspirants.

Son concitoyen a enchainé plus de 20 minutes avec une montre indiquant 3 heures, 44 minutes et 3 secondes,

ce qui lui a valu la 142e position au cumulatif officiel de ce rendez-vous ultime sur la scène élite.