Le Forum bioalimentaire livre la marchandise malgré la météo

Le Forum bioalimentaire livre la marchandise malgré la météo

Martial Hovington et Marc Normand sont respectivement président et directeur de la Table bioalimentaire de la Côte-Nord. Producteur bovin aux Bergeronnes, M. Hovington préside également l’Union des producteurs agricoles de la région. Photos Le Manic

Baie-Comeau – Le mauvais temps a beau avoir brouillé quelque peu les cartes, le Forum bioalimentaire de la Côte-Nord a permis à 140 personnes de mettre à l’avant-plan le secteur agroalimentaire et celui des pêches et de l’aquaculture, les 25 et 26 janvier, à Baie-Comeau.

 

Présentée pour une deuxième fois dans la MRC de Manicouagan, la cinquième édition de l’événement, tenue sur le thème La recette de votre succès, s’est effectivement déroulée sur fond de tempête de neige, ce qui a empêché son animateur vedette, le chef cuisinier Jonathan Garnier, de respecter son engagement.

Mardi soir, son vol à partir de Montréal a été annulé et mercredi soir, il était en vol lorsque son avion a dû rebrousser chemin en raison, selon l’organisation, des conditions de pistes à l’aéroport à Pointe-Lebel. Enfin, jeudi matin, il n’a pu obtenir une place puisque le vol affichait complet.

Comme l’explique Marc Normand, directeur de la Table bioalimentaire de la Côte-Nord, la météo capricieuse a également entraîné l’annulation de deux conférences et la présentation à distance de deux autres grâce à la technologie. Il y aura eu tout de même cinq conférenciers qui ont transmis leur message en direct du Centre des arts de Baie-Comeau, en plus la tenue de cinq panels.

La présentation du professeur de communication de l’Université d’Ottawa, Luc Dupont, sur les cinq clefs pour un marketing gagnant, a été parmi les plus appréciées auprès des gens. « Pour reprendre les termes d’un participant, c’est un monsieur qui a le tour de nous donner un petit coup de pied pour en faire un peu plus, pour aller plus loin », souligne le directeur.

Connaissances à jour

Organisé aux deux ans, le forum est l’endroit idéal pour mettre à jour ses connaissances en matière de nouvelles tendances dans l’industrie, de commercialisation et de mise en marché.

« Ils (les participants) ressortent d’ici avec plus de connaissances, plus dynamisés. Oui il y a des conférences et on apprend des choses, mais le réseautage est important aussi », a d’ailleurs confié Marc Normand à la fin de la première des deux journées de l’événement.

Le président de l’Union des producteurs agricoles sur la Côte-Nord et nouvellement président de la Table bioalimentaire de la Côte-Nord, Martial Hovington, un producteur bovin des Bergeronnes, n’a que de bons mots sur l’événement. Il affirme avoir découvert de nouveaux créneaux régionaux. « On se connait, mais en même temps, on ne connait pas nécessairement ce qu’on fait. On n’est pas au courant de tout ce qui se fait sur la Côte-Nord », mentionne-t-il.

Un salon du terroir réunissant une dizaine d’exposants a clos la journée de mercredi tandis qu’un souper patrimonial aux saveurs nord-côtières a mis un terme au forum le jeudi.

Des acteurs honorés

Des acteurs du monde bioalimentaire ont été honorés lors du souper de clôture. La microbrasserie St-Pancrace de Baie-Comeau et Pêcheries Shipek de Mingan ont reçu le prix Entreprise de l’année, la première dans le secteur agroalimentaire et la seconde dans le secteur des pêches et de l’aquaculture. Ces prix récompensent des entreprises s’étant démarquées pour leur rayonnement, leur innovation, leurs performances financières et leurs activités de diversification.

Deux prix Bâtisseurs ont aussi été décernés. Claudie Canuel, de Canneberges Côte-Nord à Chute-aux-Outardes, a reçu le titre dans la catégorie agroalimentaire tandis qu’Irving Roberts, d’I&S Seafood à Bonne-Espérance en Basse-Côte-Nord, faisait de même dans la catégorie pêches et aquaculture.

Enfin, une mention spéciale a été attribuée au Manicois Georges Avoine, reconnu par la Table bioalimentaire de la Côte-Nord comme « un fervent défenseur de l’agriculture nord-côtière » en raison de ses multiples implications dans le secteur agricole.