Marché du carrefour à Pointe-Lebel : les propriétaires en ont ras-le-bol des pannes de courant à répétition

Marché du carrefour à Pointe-Lebel : les propriétaires en ont ras-le-bol des pannes de courant à répétition

Valérie Gaudet et Éric Durand, copropriétaires du Marché du carrefour à Pointe-Lebel, ne savent plus à quel saint se vouer. Ils demandent à Hydro-Québec de régler les pannes de courant à répétition qui brisent leurs équipements et nuisent à leurs affaires. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Le Marché du carrefour à Pointe-Lebel est aux prises avec des pannes de courant à répétition, qui durent souvent quelques secondes à peine. Après des années à endurer, à installer des batteries de secours là où ils le pouvaient et à multiplier les plaintes auprès d’Hydro-Québec, Valérie Gaudet et Éric Durand en ont ras-le-bol et veulent que ça change.

« Nous, on en manque tout le temps. Souvent, ça dure cinq secondes. On a mis des batteries sur presque tout pour me donner le temps d’aller fermer les appareils et de ne pas tout perdre. Mais on ne peut pas mettre des batteries sur tout, comme les compresseurs à frigo », explique Mme Gaudet.

D’ailleurs, les commerçants ont encore une fois été solidement éprouvés en fin de semaine dernière avec une panne de 45 minutes en fin de soirée vendredi et deux autres en journée samedi, l’une de 75 minutes et l’autre de 60 minutes.

Le couple a acheté le commerce en 2012. Il a alors constaté le manque de fiabilité du réseau électrique, mais s’est dit que ça ne durerait pas. À l’été 2014, il a commencé à noter toutes les pannes survenues avec la date, l’heure et la durée. Le tableau est impressionnant.

À titre d’exemple, entre le 9 et le 27 juillet 2014, neuf interruptions de courant ont été répertoriées, dont quatre d’une trentaine de minutes, deux de cinq minutes, une de deux minutes et les trois autres de deux secondes. La liste colligée révèle qu’à tous les mois ou presque, quelques pannes surviennent. Oui, elles durent souvent le temps d’un claquement de doigts ou presque, mais elles causent tout de même des problèmes.

Le vase déborde

Les 31 épisodes enregistrés en aout 2017, dont 22 entre le 21 et le 23 aout, et les neuf autres entre le 26 et le 31 octobre, ont été la goutte qui a fait déborder un vase déjà plein à rebord pour les commerçants.

Les nombreuses pannes d’aout ont d’ailleurs eu raison de quelques équipements du commerce. « Quand t’as trois équipements qui brisent en même temps, il y a un problème. Les pannes de quelques secondes, ça donne des coups sur tous mes équipements. On a un frigo à vin et un congélateur qui ont sauté, tout comme ma machine à essence. J’ai jeté 632 $ en nourriture », rapporte la copropriétaire, qui a expédié des réclamations à la société d’État.

Dès qu’une panne dure plus de quelques secondes, le Marché du carrefour ferme ses portes. « Je ne peux servir aucun client. Mes pompes à essence ne fonctionnent plus et mon Internet non plus pour les paiements. On n’a jamais opéré sans électricité, c’est trop compliqué », poursuit-elle.

Mme Gaudet dit préférer mettre la clé sur la porte pour un temps plutôt que de voir des clients ouvrir les portes des réfrigérateurs et des congélateurs et faire sortir la fraicheur au cas où la panne se prolongerait. Elle s’est aussi équipée de couvertures pour recouvrir son tombeau à sandwichs et ainsi préserver la fraicheur pendant les pannes.

Au-delà des bris d’équipements et de la perte de nourriture, les copropriétaires souhaitent une chose : qu’Hydro-Québec règle le problème. « Tous les gens d’Hydro-Québec disent qu’ils prennent la situation au sérieux, mais rien ne change. (…) Sérieusement, je suis vraiment démunie et je ne sais pas quoi faire », laisse tomber Mme Gaudet en conclusion.

_________________

Les stations de pompage de Pointe-Lebel écopent

Baie-Comeau – Il n’y a pas que le Marché du carrefour à Pointe-Lebel qui soit aux prises avec des coupures de courant à répétition. La situation est généralisée dans le village et entraine sa part d’inconvénients pour la municipalité, notamment du côté des stations de pompage.

Les pannes de quelques secondes sont les pires pour les automates des stations de pompage, qui se déprogramment. C’est le cas à la station de pompage principale du village, mais aussi à celle du parc Murray où se trouve l’usine de nanofiltration.

Pointe-Lebel a dû faire appel à des spécialistes de l’extérieur pour tenter de trouver une solution. Ils se sont déplacés en région tout récemment. Ils doivent reprogrammer les automates en tenant compte des fréquentes coupures de courant. Il est aussi question de l’installation d’un équipement additionnel à l’intérieur des automates.

Par ailleurs, une dizaine des photocellules qui programment les lumières DEL, installées en 2017, viennent de rendre l’âme au cours des dernières semaines. Leur espérance de vie était pourtant d’une dizaine d’années. Sans que ce ne soit confirmé hors de tout doute, il se pourrait que les bris soient reliés aux multiples interruptions de courant, a laissé savoir un entrepreneur électricien à la municipalité.

Enfin, même du côté administratif, la situation a des répercussions, comme le non accès au serveur informatique pendant les pannes ou encore la perte de données en train d’être colligées dans le système. Les ordinateurs portables ont permis de régler une bonne partie du problème, mais là encore, leur batterie a une durée de temps limitée.

Explications attendues

Le maire Normand Morin affirme avoir demandé des explications à Hydro-Québec plus d’une fois. « On attend encore des nouvelles pourquoi ça fait ça. Ç’a toujours existé, mais c’est de pire en pire », assure-t-il.

M. Morin dit comprendre parfaitement les doléances des propriétaires du Marché du carrefour. Il indique que tout le monde a le même problème à Pointe-Lebel, mais que certains dénoncent la situation et d’autres pas.

  • Eric Durand

    A lire sans faute! Situation exaspérante.