Michelle Tremblay-Boulianne prend la direction d’Albany

Michelle Tremblay-Boulianne prend la direction d’Albany

Active depuis seulement deux ans et demie dans le milieu du crossfit, Michelle Tremblay-Boulianne s’apprête à vivre une belle aventure en Albany et retrouvera une autre athlète de la région lors des Régionaux, la Baie-Comoise d’origine Stéphanie Roy. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Michelle Tremblay-Boulianne s’apprête à vivre une belle aventure sur la scène élite du crossfit alors qu’elle participera au défi des Régionaux à l’affiche, le week-end prochain, dans la ville d’Albany, capitale de l’état de New York.

Même si plusieurs facteurs ont influencé le cours des choses, l’athlète locale de 25 ans sera en lice dans la compétition individuelle et se frottera à des filles, qui se retrouvent parmi les meilleures au monde et qui aspirent à une place pour les Crossfit Games.

Initialement, Michelle se préparait à relever cette compétition majeure en équipe avec les autres membres de la formation « Fit to Prove » de Québec dirigée par l’entraineur Pierre-Luc Petit.

Afin de respecter les critères imposés pour être membre officiel d’une équipe, la Nord-Côtière devait faire 51% de ses entrainements avec les cinq autres membres et ce, à compter du 1er janvier jusqu’à l’étape des Régionaux (19 au 21 mai).

Kilométrage

Assidue et disciplinée, l’ingénieur en génie civil chez Hydro-Québec a établi un plan de match afin de concilier les exigences sportives et professionnelles. « J’ai donc dû prendre tous mes vendredis en vacances (oui en vacances) pour réaliser mes 35 heures en quatre jours et pouvoir m’entrainer trois jours à Québec », a-t-elle pris la peine d’expliquer.

Désistement

Afin de se qualifier pour les Régionaux, l’équipe devait se classer dans les 15 premières à l’Open en compilant le rendement individuel de chacun des six membres (trois gars et trois filles). L’équipe « Fit to Prove » a d’ailleurs bien fait en obtenant une excellente cinquième place au cumulatif.

Malheureusement, un des athlètes masculins s’est qualifié avec une 16e position (les 20 premiers sont retenus) sur le plan individuel. Ce dernier a choisi de laisser tomber l’équipe et ce, malgré le fait que tout avait été décidé d’avance, peu importe le rendement de chaque individu.

« J’avoue que cela a été très difficile à prendre pour le reste du groupe. Nous avons travaillé si fort pendant quatre mois pour tout voir ça s’écrouler, car il n’est pas possible de le remplacer par un autre ».

Une belle invitation

Bien préparée pour l’étape de l’Open, Michelle a bien fait sur le plan individuel en parvenant à se classer dans le top 30 dans l’est du Canada. À la lumière des événements, elle croyait toutefois sa saison terminée avec le retrait imprévu de son équipe.

Mais le destin en a voulu autrement. « J’ai moi aussi reçu une invitation individuelle pour aller compétitionner à Albany puisque certaines filles dans le top 20 ont refusé leur invitation. J’ai donc accepté même si ce n’était pas du tout prévu ».

Consciente que la mission est beaucoup plus différente en compétition individuelle, l’athlète locale veut en profiter au maximum. « Ce n’est pas la même game qu’en équipe. J’ai encore des faiblesses à travailler et, malgré des petites blessures, j’ai décidé de me donner jusqu’au bout ».

Cette passionnée de 5 pieds et 7 pouces veut vivre ce moment à fond. « Je vois les Crossfit Games East Regionals comme une opportunité hors du commun, qui va me permettre de pousser mes limites et d’acquérir beaucoup d’expérience pour revenir plus motivée que jamais en 2018 ».

Sport complet

Une chose est sûre, Michelle Tremblay-Boulianne ne fait pas les choses à moitié quand elle s’attaque à des défis et, depuis plus de deux ans, les options se multiplient dans le milieu élite du crossfit.

À l’écouter parler, elle a bien l’intention d’en faire encore longtemps. « C’est un sport tellement complet qui peut être adapté à tous. Je n’ai jamais été aussi en forme de ma vie. Le feeling que j’ai lors des entrainements, c’est impossible à décrire. Ça nous pousse vraiment à nos limites et on se surprend à chaque fois ».