Vincent Grenier retournera au championnat du monde

Vincent Grenier retournera au championnat du monde

Pour une deuxième année de suite, Vincent Grenier ira au championnat du monde de courses à obstacles. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Pour une deuxième année consécutive, Vincent Grenier aura l’opportunité de prendre part au championnat du monde de course à obstacles de l’OCR WC 2017 prévu à Blue Mountains en Ontario.

Établi à l’extérieur de la région depuis plusieurs années, le Baie-Comois d’origine de 28 ans est de nouveau parvenu à se qualifier pour le défi ultime à la suite de sa performance enregistrée lors du course Spartan Race tenue à la fin du mois de mai.

Impliqué sur un tracé d’Owl’s Head (dans les Cantons de l’Est), ce grand passionné a bouclé l’épreuve au 12e échelon sur 90 au cumulatif général en plus de se classer bon quatrième dans son groupe d’âge de 25-29 ans.

Grenier a complété le tracé imposé en un chrono de 1 heure, 13 minutes et 31 secondes, soit cinq minutes de mieux que son ancienne marque personnelle établie à Ottawa en 2016.

Top 50

Vincent avait décroché la 90e position dans sa catégorie au championnat de 2016. « J’ai toujours l’objectif d’intégrer le top 50 de mon groupe d’âge en Ontario », a précisé l’aspirant local, qui met tout en œuvre pour être fin prêt à relever le grand défi prévu pour le mois d’octobre.

D’ici là, le polyvalent athlète s’attaquera à l’Ultra Beast (échelonné sur 50 kilomètres), présenté à la station de ski de Stoneham à la fin du mois d’aout. Il s’agira d’une autre bonne étape de préparation.

Motivé comme jamais après la récente campagne, le Nord-Côtier avoue qu’il a éprouvé certains ennuis à maintenir la cadence afin de pouvoir progresser et atteindre les buts visés dans son entrainement.

Période morte

« Dans le monde de la CAO (course à obstacles), il y a une période morte de novembre à mars. Plusieurs facteurs peuvent influencer et j’ai décidé de doubler mes efforts afin de me surpasser. »

Qualifié pour participer au défi Navy Seal Challenge VI, au début du mois de mai, Grenier s’est attaqué à cette commande échelonnée entre 12 et 18 heures d’épreuves éliminatoires de type commando avec un minimum de 30 km de déplacements.

Cette mission a finalement pris fin après 11 h 30 d’obstacles et de kilomètres accumulés et s’est terminée à 9 h 30 le lendemain matin.

« J’ai réalisé que la force du pouvoir mental et le travail d’équipe sont des facteurs déterminants pour la réussite d’un tel challenge », a reconnu le grand sportif qui n’a pas oublié non plus l’entrainement, la sueur et l’endurance physique.