Alexandre Duperré reçoit la Médaille de la bravoure

Par 12:00 AM - 04 octobre 2012
Temps de lecture :

Deux ans et demi après son acte de courage, le Baie-Comois Alexandre Duperré a été récompensé en recevant la Médaille de la bravoure du gouverneur général du Canada, David Johnston, mercredi le 19 septembre à la citadelle de Québec.

Alexandre reçoit cette distinction honorifique pour avoir secouru un homme de la noyade, à Santa Clara, à Cuba, le 11 janvier 2010, moment où il était en vacances avec sa famille. Alors que le jeune homme et quelques amis jouaient une partie de volleyball de plage, Alexandre a entendu une dame crier à l’aide. La mer était alors très agitée, et les vagues, très puissantes.

S’apercevant rapidement que deux hommes étaient en détresse à 200 pieds de la rive, et qu’ils luttaient contre les vagues qui les repoussaient après chaque tentative de revenir sur la terre ferme, il n’a pas hésité à venir en aide à l’un d’eux. «J’ai vu mon ami François Bergeron aller vers l’homme à gauche. Je me suis donc dirigé vers celui droit devant moi. J’essayais de courir et de nager, mais les vagues étaient super grosses. Quand je suis arrivé à une dizaine de pieds, l’eau jusqu’au cou, alors que je fais six pieds, c’est là que j’ai réalisé que c’était dangereux. Je me suis dit que je ne pouvais pas reculer», se rappelle le Baie-Comois.

Jacques Roy, l’homme en difficulté, n’avait plus la force de lutter, facilitant le travail d’Alexandre, qui n’avait pas à conjuguer avec une personne prise de panique, ce qui aurait pu être dangereux. Il lui a dit : «Laissez-vous faire, je vous ramène à la plage. Ça va bien aller». L’homme s’est laissé tourner sur le dos, puis Alexandre l’a tenu par un bras autour de la taille, a nagé sur le dos avec le mouvement des jambes et d’un bras. Il avalait de l’eau de mer de temps à autre, mais a réussi à le ramener à la plage malgré l’épuisement. L’autre homme a également été ramené sain et sauf sur la rive. «On ne se pose pas de question, à savoir si on va être bon pour le faire. Je n’ai pas eu à réfléchir. C’était d’instinct. Je me suis rappelé en cours de route les notions apprises en natation», se souvient le jeune homme.

C’est le père d’Alexandre, René Duperré, qui a soumis la candidature de son fils pour la Médaille de la bravoure. Il y a eu un délai en raison processus et du temps nécessaire pour réunir les documents, les témoins et consigner les événements. Alexandre Duperré et son ami François Bergeron ont finalement pu être récompensés lors de la même cérémonie. «C’est vraiment spécial d’être reconnu, même si c’est après un petit bout de temps. On n’y pense pas avant d’y aller que notre vie peut être en danger ou qu’on va avoir un honneur», mentionne Alexandre, qui peut désormais inscrire les initiales M.B. à la suite de son nom.

La Médaille de la bravoure reconnaît les actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses. Le fait de sauver une vie est important, mais surtout l’ampleur du risque et la persistance malgré celui-ci.

 

Photo : Le Baie-Comois Alexandre Duperré (à droite) a reçu la Médaille de la bravoure du gouverneur général du Canada, le 19 septembre, à la suite du sauvetage héroïque de Jacques Roy, à Santa Clara, à Cuba. (Courtoisie René Duperré)

Partager cet article