Un bon défi attend le Drakkar

Par 12:00 AM - 18 avril 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Au troisième tour, le Drakkar fera face à l’Armada de Blainville-Boisbriand. Si quelques surprises sont survenues lors des deux premières rondes, la logique a été respectée pour ce qui est de cet affrontement.

Éric Poirier

Les trois premières positions au classement général se retrouvent présentement dans le carré d’as du circuit Courteau. La seule surprise constitue la présence des Huskies de Rouyn-Noranda en demi-finale, qui aura la lourde tâche de disputer les honneurs de sa série, face aux puissants Mooseheads d’Halifax. Jusqu’à présent, seulement le Drakkar et les Mooseheads montrent toujours une fiche parfaite depuis le début du calendrier éliminatoire, puisque ces derniers n’ont fait qu’une bouchée de leurs deux premiers adversaires, en réalisant chacun deux coups de balai consécutifs.

L’avant-dernière étape avant la finale de la Coupe du Président sera sans doute le plus gros défi des Nord-Côtiers jusqu’ici en séries éliminatoires. L'Armada a été l’une des meilleures formations de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) lors du calendrier régulier, en terminant à seulement trois points du Drakkar sur le classement de fin de saison. Jusqu’ici en série, l’Armada a été dominant, s’inclinant à une seule reprise lors du premier tour, face au Titan d’Acadie-Bathurst.

Lors de la saison régulière, l’Armada a eu le dessus à trois reprises sur le Drakkar, qui a goûté aux joies de la victoire une seule fois face à ce dernier. La seule victoire des Nord-Côtiers devant l’équipe de Blainville-Boisbriand a été inscrite en fusillade, lors du premier duel de la saison entre les deux clubs au mois d’octobre.

À l’image du Drakkar, l’Armada montre également une équipe équilibrée. Au chapitre des points en saison régulière, l’Armada compte sur cinq marqueurs de plus de 50 points, alors que l’ex-défenseur du Drakkar, Samuel Carrier, a conclu sa saison avec un total de 49 points. Chez les Nord-Côtiers, six joueurs ont atteint le cap des 50 points.

En série, les leaders des deux équipes répondent jusqu’ici à l’appel. Les attaquants Christopher Clapperton, Marc-Olivier Roy, Tommy Giroux et Cédric Paquette donneront sans doute quelques maux de tête à la brigade défensive baie-comoise. Il ne faut pas oublier Stephan Matteau Jr qui, par son imposante charpente, sera en mesure de déranger les joueurs du Drakkar.

Défensivement, Xavier Ouellet et Samuel Carrier s’avèrent les meilleurs dans le camp de l’Armada. Le côté offensif des deux défenseurs peut certainement donner un excellent coup de main à l’avantage numérique de la formation de Blainville-Boisbriand qui présente un taux d’efficacité de 30,2 % jusqu’ici en séries éliminatoires. Ce rendement fait en sorte que les Baie-Comois devront se montrer plus disciplinés lors de cette prochaine ronde éliminatoire.  

Devant le filet, Philippe Cadorette fait du bon boulot jusqu’à présent. Bien que sa brigade défensive l’aide énormément en bloquant un grand nombre de lancers, il devrait être beaucoup plus sollicité lors de cette demi-finale. Le gardien Étienne Marcoux continue lui aussi son excellent travail devant la cage des siens, alors qu’il affiche un pourcentage d’efficacité de 0,916 en neuf rencontres éliminatoires.

Nul doute qu’il s’agit d’un bon challenge pour les hommes de l’entraîneur-chef Éric Veilleux. La longue pause sera bénéfique pour les deux formations. «De notre côté, nous avons de petites blessures par si et par là et le long congé va nous permettre de soigner celles-ci. De plus, nous allons en profiter pour se reposer en prévision de la prochaine série», laissait tomber le dirigeant, Éric Veilleux, à l’issu de la dernière rencontre face aux Tigres.

Photo : Le prochain défi des hommes de l’entraîneur-chef Éric Veilleux en sera un bon, puisqu’à l’image du Drakkar, l’Armada n’a pas eu trop de difficulté à se tailler une place dans le carré d’as du circuit Courteau. Le dirigeant tentera de mener la franchise baie-comoise à une première participation en finale dans l’histoire de la concession. (Archives Charles-Olivier Boulianne)

 

Partager cet article