Urgence de Forestville : les Manicois affluent

Par 12:00 AM - 29 mai 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – De 2010 à 2012, le taux de consultation de l’urgence de Forestville par les personnes en provenance de Baie-Comeau et des municipalités en périphérie a plus que doublé, passant de 216 à 560 usagers, soit de 1,59 % à 3,97 % des consultations totales.

Julie-Andrée Verville

En 2010, 216 personnes de Baie-Comeau et des environs, incluant Pointe-Lebel, Chute-aux-Outardes, Pointe-aux-Outardes et Ragueneau, ont fréquenté l’urgence de Forestville, sur 13 627 consultations. Il s’agissait de 1,59 % de l’achalandage total. Selon les dernières statistiques disponibles au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Côte-Nord (HCN), en 2012, 14 091 personnes auraient visité l’urgence de Forestville, dont 560 en provenance de Baie-Comeau et Ragueneau, soit 3,97 % des visites.

Une légère hausse des consultations à Forestville par les résidents de Pessamit a aussi été enregistrée. Ils étaient 1 102 à utiliser le service en 2010, ce qui équivaut à 8,09 % de l’achalandage, et 1 300 en 2012, soit 9,23 % de l’ensemble des visites. Dans la Manicouagan, c’est ainsi 1 760 personnes en 2012 qui se sont rendues à l’urgence de Forestville, soit 12,49 % du total des visiteurs, comparativement à 1 318 personnes en 2010, ce qui représentait 9,67 % de l’ensemble des patients.

Une infirmière de Forestville confirme que, depuis deux ans, les personnes de Pessamit se dirigent davantage vers l’urgence de Forestville et que, depuis un an, ceux de Baie-Comeau, Chute-aux-Outardes et Ragueneau viennent de plus en plus vers ce pavillon. «Ils se font dire que l’attente est moins longue, mais ils engorgent notre urgence», indique-t-elle anonymement, ajoutant que «effectivement, le temps d’attente est augmenté».

Impacts sur les travailleurs

Le syndicat des travailleurs et travailleuses du CSSSHCN, affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), corrobore ces changements. La présidente du syndicat, Annie Bégin, affirme qu’une hausse de l’achalandage au cours des dernières années a mis la puce à l’oreille de l’organisation. Selon les chiffres de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord, au cours de l’année 2011-2012, 13 042 personnes auraient été comptabilisées à l’urgence de Forestville et 14 059 en 2012-2013. Pour le CSSS de Manicouagan, l’achalandage s’est maintenu, passant de 26 662 en 2011-2012 à 26 747 en 2012-2013.

«C’est sûr que nous, on a fait part au niveau du [conseil d’administration] qu’on avait un plus grand achalandage. On cherchait pourquoi il y avait une hausse. On nous l’a pas dit directement, mais on a dû faire des recherches pour voir que beaucoup de gens du secteur de Baie-Comeau venaient à Forestville», explique Mme Bégin.

N’ayant pas de chiffres en main, elle illustre tout de même que si 40 personnes venaient quotidiennement et que ce sont maintenant 60 personnes, cela a nécessairement un impact. «C’est plus de monde qui occupe la place […] Le nombre de visites joue sur le budget. Par exemple, si une personne vient visiter l’urgence à Forestville et doit être transférée à Baie-Comeau, une infirmière part avec l’ambulance. L’impact est là», soutient-elle. La présidente du syndicat avoue aussi que, parfois, à l’hôpital Le Royer de Baie-Comeau, les employés dirigent eux-mêmes la clientèle vers Forestville, sans que la direction en soit informée.

Urgences chargées

Cette redirection de la population manicoise vers la Haute-Côte-Nord serait, d’après le syndicat du CSSSHCN, attribuable à une surcharge des urgences de Baie-Comeau. «La liste d’attente déborde. Baie-Comeau n’est pas capable de tous les assumer», affirme Mme Bégin. D’autres types de consultations se verraient aussi référées vers l’extérieur, quand les services ne sont pas offerts au CSSSM et vice-versa s’ils ne sont pas dispensés au CSSSHCN. «Depuis que la fusion est enclenchée, les médecins ont l’ordre de diriger les patients de l’urgence ici, à Forestville, vers Baie-Comeau», ajoute Mme Bégin. À ce sujet, le directeur général du CSSS de Manicouagan, Daniel Côté, qui occupe le même poste pour le CSSS de la Haute-Côte-Nord depuis trois ans, explique que le rôle de l’urgence de Forestville est de stabiliser et transférer les patients vers Baie-Comeau, Chicoutimi ou Québec. «C’est une consultation médicale de base pour la majorité. Ça n’empêche pas que Forestville prend les cas d’infarctus, mais ils ne sont pas gardés. Il n’y a pas de lits d’hospitalisation», précise M. Côté.

Un service d’appoint

Daniel Côté ajoute que le Centre de santé de Baie-Comeau n’encourage pas directement les gens à fréquenter l’urgence de Forestville, mais ne les en empêche pas non plus. «On n’a aucun problème avec ça. J’oserais même dire : tant mieux pour le client si cela répond à ses besoins, tant mieux s’il a un bon service à Forestville», soutient-t-il.

M. Côté ajoute que si l’usager veut se déplacer, c’est son choix. «Il se peut que les délais soient plus courts, parce qu’à Forestville ce sont des soins de première ligne. La grosse majorité y va pour des consultations, tandis qu’à Baie-Comeau, il se peut que le temps soit plus long s’il y a des ambulances. […] C’est un établissement qui a une mission sous-régionale, avec un service plus spécialisé d’urgences pour les trauma», explique le directeur général.

Pour Daniel Côté, ces hausses traduisent certes un mouvement de clientèle. Toutefois, il considère que l’impact n’est pas significatif. «Sur l’année, s’il y a 1 000 visites de plus à l’urgence sept sur sept, soit à peu près deux trois par jour, ce n’est pas un volume qui impacte beaucoup en termes de coûts et de besoins de ressources». Dans la perspective que la fusion sera officielle à l’été, M. Côté soutient que la fréquentation des deux urgences ne constitue pas «une guerre de tranchées, tellement on est mariés».

 

Des usagers sondés

Des citoyens de Baie-Comeau et des municipalités de la péninsule Manicouagan sondés ont mentionné que les raisons qui les ont poussés à changer leurs habitudes de fréquentation d’urgence étaient le temps d’attente plus court à Forestville qu’à l’hôpital Le Royer, malgré la nécessité de faire des kilomètres supplémentaires, et la qualité du service.

 

Consultation par municipalité à l’urgence (site de Forestville)

 

Municipalité

2010

2011

2012

Baie-Comeau

152

235

388

Pessamit

1102

1010

1300

Colombier

1261

1333

1426

Forestville

7803

7541

7433

Longue-Rive

908

967

973

Les Escoumins

41

31

35

Montréal

22

22

5

Portneuf-sur-Mer

1589

1369

1606

Québec

102

87

88

Ragueneau

64

82

172

Sacré-Coeur

21

21

11

Sept-Îles

33

35

28

Autres

529

377

620

Total

13627

13098

14091

 

Photo : Une infirmière de Forestville, sous le couvert de l’anonymat, confirme que, depuis deux ans, les personnes de Pessamit se dirigent davantage vers l’urgence de Forestville et que, depuis un an, ceux de Baie-Comeau, Chute-aux-Outardes et Ragueneau viennent de plus en plus vers ce pavillon. (Archives Le Manic)

 

Partager cet article