La joute électorale se prépare à Baie-Comeau

Par 12:00 AM - 28 août 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – À l’approche de la période de mise en candidature, qui s’ouvre le 20 septembre, en vue des élections du 3 novembre, la plupart des membres du conseil municipal de Baie-Comeau ont déjà fait leur choix. Sur les huit conseillers en poste, cinq ont déjà confirmé qu’ils tenteront de conserver leur siège.

Marlène Joseph-Blais

La Chasse

Au terme de son premier mandat comme conseiller, André Veillette veut continuer de mettre son bagage d’expérience à contribution pour faire progresser Baie-Comeau. «J’aime le travail que je fais. Je participe, je suis sur une dizaine de comités. J’ai appris à connaître ma ville et comment fonctionne l’appareil municipal. Au lieu de seulement apprendre ce qui se passe, je peux prendre part au processus décisionnel», observe le représentant du quartier La Chasse, qui concède que plusieurs défis pointent à l’horizon. «Si on veut voir des résultats, il faut agir différemment», note-t-il.

Mgr-Bélanger

Bien qu’il considère que son mandat ait été très enrichissant, Richard Bélanger ne tentera pas de se faire élire une seconde fois par les résidents du secteur Mgr-Bélanger. «Avec mon travail, je trouvais que la charge était trop importante. Concilier les deux, le travail et le conseil municipal, c’est quelque chose. Je suis quelqu’un qui s’investit beaucoup, donc je préfère mettre ça de côté pour le moment parce que ça devenait très exigeant», indique celui qui ne ferme toutefois pas la porte à un retour dans le monde de la politique municipale, si l’occasion se présente à nouveau dans le futur.

N.-A. Labrie

Depuis 1998, Carole Deschênes occupe le siège réservé au quartier N.-A. Labrie à la table du conseil municipal et elle désire le conserver. «Quand ça fait longtemps qu’on est là, souvent, on se dit qu’il faut laisser la place à quelqu’un d’autre. Mais, c’est pour les gens qu’on fait de la politique et ils me demandent de rester. Moi, ça vient me conforter dans ma décision», souligne l’élue, qui estime que des défis de taille devront être relevés, en ce qui a trait à la situation économique de la municipalité, notamment. «La ville ne va pas mourir. Il faut mettre tout en œuvre pour la stimuler», ajoute-t-elle.

Saint-Georges

Régis Deschênes est toujours en réflexion quant à sa possible candidature en vue des élections du 3 novembre. Représentant du quartier Saint-Georges depuis près de quatre ans, il se dit partagé à «50/50» entre le choix de demeurer autour de la table du conseil municipal et le retrait de la vie politique. «Je dois en discuter avec ma famille. Mon premier mandat a été très concluant. C’était une très belle expérience. J’ai beaucoup appris, surtout au début parce que, rapidement, on fait certaines choses et on en voit directement les conséquences», affirme le conseiller.

Saint-Nom-de-Marie

La représentante du quartier Saint-Nom-de-Marie, Léa Thibault, aimerait poursuivre son travail pour un second mandat. «Forte de mes quatre années d’expérience, je connais mieux les rouages de la politique municipale et je veux redonner aux gens la fierté d’habiter à Baie-Comeau», déclare la conseillère, qui constate que les appuis de la population ont déjà commencé à se faire sentir. «Beaucoup de citoyens s’informent et me demandent si je me présente à nouveau. Je veux donc les assurer que je serai au rendez-vous», annonce-t-elle.

Saint-Sacrement

Avec six mandats à son actif, Alain Larouche, est le doyen des conseillers municipaux. Après avoir été élu une première fois en 1982, il est revenu à l’hôtel de ville en 1994 et y est resté au cours des 19 dernières années. À un peu plus de deux mois de l’élection du 3 novembre, M. Larouche n’est pas prêt à faire part de ses intentions de solliciter ou non un nouveau mandat auprès des résidents du quartier Saint-Sacrement. «Je ferai connaître mes intentions en temps et lieux. La période se termine après le mois de septembre, donc il y aura un geste de posé d’ici là», a-t-il laissé savoir.

Sainte-Amélie

Reina Savoie-Jourdain n’a pas l’intention de céder sa place comme représentante du quartier Sainte-Amélie. «Il y a beaucoup de travail à faire. Il faut remettre Baie-Comeau sur les rails au niveau de la Manicouagan, mais aussi de tout le Québec. On doit en faire une place où c’est intéressant de vivre et d’investir», constate la conseillère, qui, pour le moment, n’est pas prête à appuyer l’un des deux candidats à la mairie. «On ne connaît toujours pas leurs programmes mais, dans ma tête, peu importe la personne qui y sera, il doit y avoir un changement de façon de faire», conclut-elle.

Trudel

Après quatre années en poste, Denise Arseneault souhaite demeurer la conseillère du quartier Trudel. «J’aime vraiment ma relation avec le citoyen. À chaque fois qu’on m’aborde, que ce soit au téléphone ou en personne, il a été très respectueux, poli, gentil», explique-t-elle. Interpellée par plusieurs défis, Mme Arseneault souhaite redonner la fierté aux gens de Baie-Comeau, tout en travaillant à améliorer le contexte économique de la municipalité. «L’économie, c’est la vitalité. Je trouve ça dramatique ce qui se passe du côté d’Alcoa, même si je comprends ce que vit l’entreprise», mentionne-t-elle.

 

Photo : Archives Le Manic

Partager cet article