Cégep de Baie-Comeau : Les enseignants participent au Dérangement 21

Par 12:00 AM - 21 novembre 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les enseignants du cégep de Baie-Comeau ont tenu une ligne de piquetage symbolique devant l’établissement collégial, le 21 novembre, en plus de boycotter leurs tâches autres que l’enseignement et l’encadrement des élèves pendant toute la journée.

Marlène Joseph-Blais

Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du cégep de Baie-Comeau (SEECBC) se sont relayés à l’extérieur du collège en matinée, à l’instar des membres d’une quarantaine d’autres syndicats de la province, dans le cadre de l’opération Dérangement 21, orchestrée par la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ). Sans bloquer l’accès aux étudiants, ils ont évoqué leurs inquiétudes face à une possible dévalorisation de leur profession.

Ces manifestations visent à maintenir les conditions salariales des professeurs, après que le Conseil du trésor ait réévalué leur position dans l’échelle salariale des employés de l’État. Bien qu’aucun renouvellement de convention collective ne soit prévu avant 2015, l’inquiétude s’installe chez les employés visés, après qu’ils aient été relégués à l’échelon salarial 21, alors qu’ils occupaient auparavant l’échelon 22, ce qui pourrait laisser présager une diminution de salaire lorsque les deux parties entreront en négociations au cours des prochaines années.

Le président du SEECBC, Denis Tremblay, reconnaît que le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, a clairement indiqué qu’il n’était pas question de réduire le chèque de paye ou les conditions de travail des professeurs. Il dénonce toutefois la façon dont l’analyse du travail des professeurs a été menée. «Ils évaluent plusieurs critères, dont les tâches et la sécurité du milieu de travail. Le hic, c’est que, dans les paramètres, ils n’ont pas considéré tout ce qu’on fait en dehors de l’enseignement, mais seulement les contacts avec l’élève», explique M. Tremblay, en spécifiant que de nombreuses tâches auraient été omises, dont la rédaction de cours, le développement de nouveaux programmes et la participation à divers comités.

La stratégie mise en place par la Fédération a également pour objectif de permettre à l’enseignement collégial d’être réellement considéré comme de l’enseignement supérieur, au même titre que le travail des professeurs d’université. Si les 46 syndicats touchés ne sentent pas que le gouvernement est sensible à leurs revendications, les actions pourraient s’intensifier sous peu. «Dans deux semaines, on voit la stratégie nationale et, en janvier, on peut s’attendre à du piquetage un peu moins symbolique. Le boycott, s’il s’étend, ça peut paralyser pas mal les activités du collège. Il y aura peut-être une escalade des moyens de pression», indique M. Tremblay.

 

Photo : Les professeurs du cégep de Baie-Comeau se sont relayés à l’extérieur de l’établissement, le 21 novembre, pour participer à l’opération Dérangement 21, qui vise à ce que l’enseignement collégial ne soit pas dévalorisé et que le personnel enseignant ne subisse pas une baisse de son salaire et de ses conditions de travail. (Le Manic)

Partager cet article