Alcoa : La région est entendue à Québec, selon Marjolain Dufour

Par 12:00 AM - 05 Décembre 2013
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le député de René-Lévesque, whip en chef du gouvernement et responsable de la Côte-Nord, Marjolain Dufour, dit s’assurer de transmettre les préoccupations et les demandes de la Coalition aluminium Manicouagan à ceux qui opèrent les négociations gouvernementales en cours avec Alcoa.

Marlène Joseph-Blais

Après s’être entretenu avec les membres de la Coalition, M. Dufour entend offrir son entière collaboration à l’organisation, en continuant de discuter des enjeux propres à l’usine de Baie-Comeau au conseil des ministres, notamment. À l’approche des Fêtes et de la fin de la session parlementaire, le député rappelle que les élus continueront de travailler et de siéger sur divers conseils et comités jusqu’au 18 décembre, et que les citoyens seront tenus au parfum des discussions en cours. «Nous, on souhaite que tout le monde s’entende et que la population respire mieux», note M. Dufour.

Le député affirme porter un message clair au gouvernement en ce qui a trait aux négociations tenues avec l’entreprise, soit celui de l’importance de la survie de l’usine nord-côtière, mais aussi de la nécessité qu’elle perdure dans le temps. C’est ce que la Coalition souhaite, que le géant de l’aluminium pose les gestes nécessaires pour que la pérennité de l’usine soit assurée, sans toutefois demander à ce que la première pelletée de terre des travaux de réfection soit réalisée immédiatement. «La Coalition était d’accord pour que ce soit les tarifs d’électricité, mais aussi la pérennité de l’usine. […] La pérennité veut dire, effectivement, la modernisation, il ne faut pas se le cacher», mentionne le député.

Lors de son passage en région, le 26 novembre, le vice-président énergie chez Alcoa Canada, Nicolas Dalmau, a indiqué que la direction n’avait pas l’intention de s’engager à moderniser l’aluminerie de Baie-Comeau pour que le tarif d’électricité dont elle bénéficie actuellement soit maintenu après la fin du contrat la liant à Hydro-Québec jusqu’au 31 décembre 2014. À l’opposé, le Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie-Comeau (CSN), réclame de l’entreprise qu’elle exprime clairement sa volonté de moderniser l’usine auprès du gouvernement, afin d’éviter qu’elle ne décide de mettre la clé dans la porte de ses installations nord-côtières d’ici quelques années, faute de rentabilité.

 

Photo : Marjolain Dufour est d’avis que la pérennité de l’aluminerie de Baie-Comeau passe par sa modernisation. C’est ce message, également véhiculé par la Coalition aluminium Manicouagan, qu’il transmet au conseil des ministres, notamment. (Archives Le Manic)

Partager cet article