Vol 920: Parcours authentique pour Ann-Emmanuelle

Par 12:00 AM - 11 novembre 2014
Temps de lecture :

Forestville –  Digne représentante de Forestville à l’émission Vol 920 pendant cinq semaines à l’écran, Ann-Emmanuelle Savard a foulé le sol québécois le 26 octobre dernier après une absence de 9 semaines. Sans aucun regret « ou presque », notre globe-trotteuse-vedette raconte son périple particulier.  

Shirley Kennedy

Considérée comme la « pro du sac à dos », Ann-Emmanuelle n’a pas démenti sa réputation.  Même si le jeu de la téléréalité n’était pas évident pour elle, le dépaysement l’a ravie. « Je me sentais totalement à ma place, alors que d’autres peu habitués aux voyages ne pensaient qu’au fameux billet, moi je prenais le temps de considérer le pays dans lequel je me trouvais ».

L’Afrique, sa destination préférée

Les débuts de l’aventure ont certes été les meilleurs moments et la plus belle destination pour Ann-Emmanuelle. « C’était la semaine où on ne se connaissait pas, nous mangions à l’africaine, la compétition n’était pas encore embarquée, tout était nouveau, on s’installait au bord du feu, Matt m’expliquait les constellations, Maxime nous racontait des histoires ».

Avancer au mérite

Poussée toujours aux limites pour obtenir son billet, Ann-Emmanuelle a fait vivre beaucoup d’émotions à sa famille et ses amis. « C’était très stressant parce qu’elle ne l’a pas eu facile, raconte son frère Pierre-Marc. Je suis très fier de ce qu’elle a montré d’elle. Ma sœur est très intègre et de principe ainsi que très indépendante. Elle est habituée de voyager toute seule et elle n’aime pas dépendre des autres pour avancer dans la vie ». Pour la jeune femme de 27 ans, voyager sans pouvoir le partager avec sa famille et ses amis a certes représenté une facette difficile du périple Vol 920. « Ne pas avoir accès aux gens en qui j’ai confiance et que j’aime, ce n’est pas pareil. Il faut qu’on s’auto-motive, puisqu’on n’est seul avec soi-même. Je suis revenue en me disant que j’allais profiter de ma famille et de mes amis même si j’ai déjà hâte de reprendre le boulot », précise cette dynamo qui est enseignante en éducation physique et blogueuse-mode sur POURLAMODE.CA.

L’aventure

Le seul regret d’Ann-Emmanuelle dans l’aventure Vol 920 : « je regrette de ne pas avoir dit tout haut ce que je pensais ».  Son amie d’enfance, Maïka Rousseau, confirme les dires des proches de la principale intéressée. « Elle a été elle-même. Ann-Emmanuelle est une fille indépendante qui a son caractère. Elle s’est peut-être censurée un peu puisque quand ça la dérange elle le dit mais elle n’éprouve pas toujours le besoin de dire ce qu’elle pense. Elle est sortie la tête haute et tout le monde est fier d’elle ».

Après avoir visionné tous les épisodes pendant les quatre semaines qui ont suivi son exclusion de l’aventure et son retour au Québec, Ann-Emmanuelle confirme que certains participants ont manqué de transparence et d’honnêteté. « Mais nous avons eu beaucoup de plaisir et avons capté plein de beaux moments avec la cam 920 qu’on ne peut visionner que sur Illico malheureusement. La production était fantastique, tout était réglé au quart de tour ».   

Exclue

Après avoir été exclue en compagnie de Manuel, Ann-Emmanuelle a pu voyager pendant 4 semaines aux frais de la production avant de revenir au Québec. « C’était en quelque sorte notre récompense. Nous sommes donc restés deux semaines à Taiwan et ensuite nous avons passé deux semaines en Californie pour réduire un peu le décalage horaire », raconte-t-elle. Même si elle ne désire pas dénigrer son partenaire des quatre dernières semaines passées loin des caméras, elle confirme que ce dernier a  gâché le dernier droit de son expérience par son insouciance et non respect des conventions.

Toujours en contact avec les exclus, Ann-Emmanuelle se rendra à Montréal dimanche prochain pour le visionnement de la prochaine émission tandis qu’elle prendra part à la dernière émission de l’après Vol 920 le 22 novembre prochain en compagnie de tous les participants.

Partager cet article