Des coûts de construction 21 % plus élevés sur la Côte-Nord

Par 12:00 AM - 22 Décembre 2014
Temps de lecture :

Sept-Îles – Construire une propriété neuve vous coûtera 21 % plus cher si vous habitez la Côte-Nord plutôt que Trois-Rivières, a conclu une récente étude de la firme KPMG, réalisée pour le compte de la Conférence régionale des élus (CRÉ), qui souhaitait faire la lumière sur la réalité des coûts de construction plus élevés dans la région. 

Fanny Lévesque

L’étude d’une centaine de pages a permis d’affirmer qu’il en coûte effectivement plus cher pour les constructions résidentielles sur la Côte-Nord, qu’ailleurs au Québec. Les coûts varient d’une ville à l’autre de la région, comparativement à la région étalon de Trois-Rivières. Ainsi, il en coûte 25 % plus cher à Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre, et plus ou moins 15 % de plus pour les villes de Baie-Comeau et Forestville.

Toujours pour le même modèle de maison, les coûts explosent jusqu’à 37 % de plus à Fermont et 87 % à Gros-Mécatina en Basse-Côte-Nord. L’éloignement des centres d’approvisionnement et l’accès difficile de ces municipalités peuvent notamment expliquer l’écart de prix.

Pour l’ensemble de la Côte-Nord, d’autres facteurs sont à l’origine des coûts plus élevés. L’étude souligne notamment la période de construction relativement courte et la présence de parcs immobiliers plus petits, qui ne favorisent pas des économies d’échelle.

Impacts de l’industrie de la construction

Les impacts de la construction au sens large sont également mis en lumière. Par exemple, des municipalités comme Sept-Îles ou Fermont jonglent avec une rareté de la main-d’œuvre, des taux horaires plus élevés et un faible bassin d’entreprises. À Sept-Îles plus précisément, les entrepreneurs exécutent aussi des travaux tant dans les secteurs industriel, commercial que résidentiel, ce qui défavorise ce dernier secteur.

Coûts des matériaux

«Si le coût de la main-d’œuvre est supérieur aux autres régions, c’est néanmoins les coûts de matériaux qui sont plus largement responsables de l’écart (des coûts)», peut-on lire dans l’étude. Le coût du béton et des fondations est particulièrement plus élevé sur la Côte-Nord, variant de 10 à 138 % dans la région. C’est Fermont et Gros-Mécatina qui remportent la palme avec des prix plus chers de 76 % et 138 %.

À Sept-Îles, le prix peut être jusqu’à 40 % plus cher, comparativement à Trois-Rivières, ce qui est largement au-dessus des prix à Baie-Comeau, qui sont 10 % plus élevés. «Dans les municipalités avec le plus grand écart, on constate que le fournisseur est en situation de domination de marché ou de quasi-monopole, indique la firme. Ce qui joue sur les prix, mais influence aussi la logistique des travaux».

Pistes de solution

Dans son étude, KPMG identifie une série de pistes de solution qui pourraient permettre à la Côte-Nord de mieux tirer son épingle du jeu dans le contexte économique, qui influence la construction résidentielle. La firme recommande notamment que la région se dote d’une meilleure coordination de la demande, ou de s’intéresser à chaîne logistique, comme le facteur du transport.

Il est également suggéré de faire preuve d’innovation dans l’offre de logements et même de monter «une offensive» pour attirer des travailleurs de certains corps de métier dont la main-d’œuvre est plus rare.

 

Partager cet article