Circulation : Les motoneigistes demandent plus de souplesse

Par 12:00 AM - 17 février 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les motoneigistes de Baie-Comeau demandent à la Ville plus de souplesse afin de circuler en bordure de route en direction des sentiers. Une pétition de 600 noms a été déposée à la suite de cette requête.

Roxanne Simard

Lors de la séance du conseil municipal du 16 février, une dizaine d’amateurs de motoneige se sont rendus sur place afin d’exprimer leur point de vue sur les restrictions liées à leurs déplacements dans la Ville de Baie-Comeau. Ceux-ci dénoncent le fait de ne pas pouvoir circuler sur de courtes distances en bordure de route, même s’ils roulent à très basse vitesse et de façon sécuritaire.

«Je suis brimé dans mes déplacements, de ma résidence aux sentiers. J’aimerais pouvoir pratiquer mon loisir avec un peu moins de restrictions», a exprimé Jean-François Tremblay lors de la période de questions.

Ceux-ci ont aussi souligné l’aspect économique lié aux motoneigistes, puisque ces restrictions limitent l’accès aux commerces et risquent de nuire au tourisme.

Contraventions

Les motoneigistes ont aussi précisé que les policiers sont répressifs lorsqu’il est question d’une motoneige sur la voie publique. Même lorsqu’ils circulent à seulement 10 km / heure et sur une très courte distance, ceux-ci risquent d’avoir un constat d’infraction de 150 $, plus les frais et la contribution.

Selon Sylvain Poirier, signataire de la pétition, plus de souplesse de la part des policiers envers ceux qui roulent de manière prudente permettrait de favoriser la sécurité.

«Les policiers sont très répressifs envers les motoneigistes, donc on roule vite pour ne pas se faire prendre. […] S’il y avait plus de tolérance, les gens pourraient rouler à 10 km / heures et ce serait plus sécuritaire», explique M. Poirier.  

Le maire de Baie-Comeau, Claude Martel, a quant à lui répondu qu’il ne pouvait pas intervenir sur le travail des policiers et que ce dossier relevait de la Sécurité publique. «Nous ne pouvons pas intervenir, mais votre message est lancé et a peut-être été entendu par les policiers de la Ville», lance-t-il.

Application de la loi

Questionnée à ce sujet, la Sûreté du Québec a rappelé que son mandat est d’appliquer les lois en vigueur et qu’aucun commentaire ne sera fait en lien avec la pétition. Depuis le début de la saison, une dizaine de contraventions ont été émis à des motoneigistes sur le territoire de la MRC Manicouagan, pour avoir circulé sur un chemin public.

Partager cet article