Pascan ferme son comptoir de l’aéroport

Par 12:00 AM - 04 mars 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le transporteur Pascan a fermé son comptoir de l’aéroport de Baie-Comeau à Pointe-Lebel, le 1er mars. En lieu et place, il fait affaires avec un sous-traitant, en l’occurrence Air Liaison. Sept personnes perdent ainsi leur emploi.

Charlotte Paquet

Porte-parole de l’entreprise, Serge Charron explique cette décision par la perte deux contrats en services de comptoir qui amenait de l’eau au moulin. «On avait le contrat de de Jazz, on l’a perdu. C’est Trans-Sol qui la eu. Hydro-Québec a donné le contrat à Air Liaison. Ça allait bien quand on avait des revenus, mais là on n’en a plus», mentionne-t-il.

Pascan offre présentement deux vols quotidiens à partir de Baie-Comeau en direction de Mont-Joli, Québec et Montréal. «Deux vols, ça ne justifie pas autant d’employés. Avec un vol en début de matinée et un autre en début de soirée, tu ne peux pas demander à quelqu’un de faire trois heures tôt le matin et trois heures en fin de journée», indique M. Charron. Pascan opérait un comptoir à l’aéroport depuis une douzaine d’années.

Les voyageurs ne devraient pas y voir de différence. Le logo de Pascan continuera d’être visible. Quant aux sept employés de comptoir et aux bagagistes qui se retrouvent en chômage, M. Charron croit qu’ils pourraient être récupérés par d’autres transporteurs.

Des fermetures ailleurs

Pascan cesse définitivement ses opérations à Havre-St-Pierre et à Bathurst, tout près de la baie des Chaleurs. Du côté de l’aéroport de l’est de la Côte-Nord, Hydro-Québec fait désormais affaire avec Air Liaison. «À Bathurst, il n’y a plus de vol du tout, car, présentement, il ne se passe plus rien vers le Plan Nord», indique M. Charron.

Le ralentissement dans le secteur minier, et dans une moindre mesure la décroissance économique au Québec, fait mal à Pascan. Il y a de moins en moins de passagers à bord de ses avions. En un an et demi, le transporteur est passé de 340 à 185 employés. «J’ai 12 avions stationnés», conclut M. Charron en disant espérer la réouverture de la minière de Cliff Natural Resources.

 

Partager cet article