Projet de loi 28: Le milieu dénonce l’absence de consultation

Par 12:00 AM - 24 avril 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les intervenants régionaux dénoncent l’adoption par bâillon du projet de Loi 28 qui, entre autres, abolit les CRÉ sans aucune consultation ni précision sur la continuité de la concertation régionale.

Roxanne Simard

Adopté en début de semaine par bâillon, le projet de loi 28 regroupe la modification d’une soixantaine de lois et de huit règlements afin de permettre au gouvernement Couillard d’atteindre l’équilibre budgétaire. Parmi ceux-ci, plusieurs ont fait beaucoup jaser, dont la modulation des tarifs en garderie, la diminution des revenus des pharmaciens propriétaires et l’abolition des Centres locaux de développement (CLD) ainsi que des Conférences régionales des élus (CRÉ).

Sur la Côte-Nord, c’est principalement ce dernier point qui suscite des réactions. D’ailleurs, la présidente de la CRÉ Côte-Nord, Micheline Anctil, s’inquiète de la disparition des CRÉ, dans un contexte où les besoins des régions en matière de concertation n’ont pas été pris en compte par le gouvernement.

«Cette loi vient littéralement bousculer la gouvernance sans mettre la table à de nouvelles pratiques. […] Nous avons un sentiment de dépouillement et nous ne sommes même pas en mesure de prendre connaissance de l’ensemble des impacts qu’aura ce projet de loi», a lancé Mme Anctil.

De son côté, le député de René-Lévesque, Marjolain Dufour, critique les libéraux pour l’adoption par bâillon d’un projet de loi qu’il qualifie de «petit mammouth» puisqu’il regroupe plusieurs autres lois qui n’ont aucun lien avec les suites du budget. «Nous avions à peine 20 heures de faites en commission parlementaire alors que ce projet de loi contient 337 articles. C’est toujours les suites du budget, mais ils en ont fait un projet de loi petit mammouth en mettant six lois qui n’ont aucun rapport avec le budget. Ils ont "harperisé" l’Assemblée nationale», lance le whip en chef de l’opposition officielle.

Partager cet article