Les fermières tiennent leur congrès régional à Baie-Comeau

Par 12:00 AM - 05 mai 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Quatre-vingt-cinq membres des 20 Cercles de fermières de la Côte-Nord se sont réunies à Baie-Comeau, samedi, dans le cadre de leur congrès annuel. L’édition 2015 a revêtu un cachet particulier en cette année du centenaire des Cercles de fermières au Québec.

Charlotte Paquet

Destiné à mettre un terme à l’année d’activités, le congrès de la Fédération 19 a permis la tenue de l’assemblée générale annuelle et la présentation d’une exposition liée au concours annuel de créations. Les œuvres gagnantes de chaque cercle ont été dévoilées, tout comme celles primées sur la scène régionale.

Les premiers prix de chacune des cinq catégories (tricot, tissage, fantaisie, couture, concours spécial) deviennent finalistes pour les grands prix, qui seront remis lors du congrès provincial de Victoriaville, en juillet. Quatre des cinq œuvres choisies sur la Côte-Nord ont été réalisées par la même artisane, en l’occurrence Marie-Paule Hovington, du Cercle de fermières des Escoumins.

L’avenir

Les fermières sont confiantes dans l’avenir de leur organisation. La vie a beau avoir changé radicalement en 100 ans, les fermières demeurent bien vivantes et s’assurent de préparer leur relève.

«On a déjà 100 ans de fait, c’est bravo pour ça et, présentement, nous travaillons pour la relève. Il y a des jeunes femmes qui rentrent, mais elles travaillent. Donc, c’est difficile pour elles de leur demander de participer, mais on a bon espoir que ces jeunes mamans seront plus présentes dans 10 ans quand leurs enfants seront plus vieux. Oui, les fermières sont très vivantes», lance avec entrain Yvette Bussière-Zavada, membre du conseil d’administration de la Fédération 19, rattachée au Cercle de fermières de Sept-Îles.

Comme l’a précisé la déléguée provinciale présente à la rencontre de samedi, Yolande De Champlain, les Cercles de fermières ont le devoir de s’adapter aux jeunes femmes, notamment en tenant leurs réunions en soirée. Elles ont aussi le mandat de transmettre leurs connaissances, alors qu’à une certaine époque, elles les gardaient plutôt secrètes. «Aujourd’hui, les pionnières sont fières de partager leurs connaissances. Ça les valorise», insiste encore Mme Bussière-Zavada.

 

Photo:  Les membres du conseil d’administration de la Fédération 19 des Cercles de fermières posent avec la déléguée provinciale Yolande De Champlain. En avant-plan, on reconnaît Gabrielle Martin, Yvette Bussiere-Zavada et Jocelyne Allard. En arrière-plan, on aperçoit Marie-Anna Girard, Hélène Tremblay (présidente), Mme De Champlain et Louise Chouinard. (Absente: Micheline Hall)

 

 

Partager cet article