Les orignaux gambadent en ville

Par 12:00 AM - 29 mai 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les orignaux sont plus nombreux qu’à l’habitude à gambader sur le territoire de la ville de Baie-Comeau. Normalement, c’est la présence d’ours qui surprend les citoyens et interpelle les agents de protection de la faune à ce temps-ci, mais cette année, les cervidés prennent le pas.

Charlotte Paquet

Agent de protection de la faune depuis 25 ans à Baie-Comeau, Gilles Deraps souligne n’avoir jamais vu autant d’orignaux en zone urbaine que ce printemps.

La semaine dernière, plusieurs citoyens du quartier Saint-Sacrement ont observé une mère et ses deux petits déambuler dans quelques rues avant d’être repoussés vers la forêt par des agents de la faune qui les suivaient à la trace, tantôt en véhicule, tantôt à pied. «On les a repoussés vers le chemin menant à Air Safari. On n’a pas eu d’autres nouvelles, donc, ils sont sûrement encore là», M. Deraps.

Un automobiliste a cependant rapporté avoir heurté un orignal dans le même quartier. Du poil a été retrouvé, mais pas de sang, ce qui laisse croire que la bête n’a pas été très blessée.

Encore cette semaine, des orignaux ont surpris plus d’une fois les automobilistes sur le boulevard Pierre-Ouellet, côté sud principalement. D’ailleurs, dans l’après-midi et la soirée de jeudi, deux cervidés se sont promenés près de la nouvelle rue des Hémérocalles avant de rentrer dans le bois. Ajoutons que la présence d’un ours sur la piste cyclable entre les deux secteurs de la ville a également été rapportée aux agents de protection de la faune, en début de semaine.

Des orignaux ont aussi été vus dans le stationnement de l’hôtel Le Manoir, rue Cabot, sur le boulevard Comeau et dans la côte Saint-Georges, ces derniers jours Il reste difficile de confirmer s’il s’agit toujours des mêmes bêtes, mais une chose est sûre, si c’est le cas, elles ratissent large sur le territoire municipal.

Hypothèses

Quelques hypothèses peuvent expliquer la présence plus assidue d’orignaux ce printemps. «C’est sûr que c’est le temps où les femelles s’apprêtent à accoucher. Il faut qu’elles se débarrassent des petits. Ils sont mêlés au début et ne savent pas où aller», suppose l’agent. Cependant, si les veaux se retrouvent en ville, c’est parce qu’ils ont passé l’hiver pas très loin, ajoute-t-il

Comme l’hiver a été très rigoureux, les orignaux sortent possiblement de leur territoire parce qu’ils n’ont plus rien à manger, avance aussi M. Deraps.

Les citoyens qui observent des orignaux sont invités à ne pas s’en approcher. Ils doivent éviter de les effaroucher et s’en éloigner doucement en les gardant à l’œil, au cas où il déciderait de charger. Instinctivement, ils devraient regagner la forêt. «Nous, on les effarouche, car ils viennent près des routes. C’est notre mandat», conclut l’agent de protection de la faune.

 

Photo: Les automobilistes circulant sur le boulevard Pierre-Ouellet ont pu observer des orignaux à plusieurs reprises cette semaine.

 

Partager cet article