Les Innus de Pessamit réclament « leur dû » à Ottawa

Par 12:00 AM - 16 novembre 2015
Temps de lecture :

Baie-Comeau –  Le chef du Conseil des Innus de Pessamit, René Simon, réclame deux montants totalisant 27,7 M$ au gouvernement fédéral. Selon lui, les résultats du référendum du 12 octobre sur deux revendications particulières et la création d’une fiducie sont suffisamment concluants pour qu’Ottawa respecte son engagement, même si l’exigence touchant un seuil minimal d’acceptation de 25 % plus un des personnes habilitées à voter n’a pas été atteinte.

Charlotte Paquet

L’une des deux revendications concerne une indemnité à recevoir pour la perte de 6 900 acres de territoire lors de la constitution de la réserve en 1861. Dans les faits, le territoire devait faire 70 000 acres, ce qui n’est pas le cas. L’autre revendication touche la gestion du bois marchand sur la réserve actuelle entre 1918 et 1967. Des coupes auraient été faites sans permis du gouvernement fédéral. Enfin, quant à la fiducie, elle s’impose pour gérer les indemnités attendues.

Dans les faits, des 2 773 électeurs de Pessamit, 742 ont participé au référendum, soit autour de 27 %. Les deux accords de règlement sur les revendications et la création de la fiducie ont été acceptés à plus de 75 %. Les Innus ont beau avoir été nombreux à dire oui, le chiffre magique de 694 oui (25 % plus un) exigé par Ottawa n’a pas été atteint.

Malgré cela, Pessamit réclame ce qui lui revient, selon le chef Simon. « Nous avons jugé bon de demander au gouvernement de reconnaître la validité du vote et de procéder au versement des montants qui sont dus », indique celui qui dénonce l’imposition d’un seuil minimal par le fédéral, seuil qui, dit-il, n’existe pas dans les autres régimes démocratiques. Il demeure convaincu que la majorité devrait primer.

Le Conseil des Innus n’écarte pas la possibilité de recourir aux tribunaux s’il n’obtient pas gain de cause.

Réaction fédérale

Au ministère des Affaires autochtones et développement du Nord, le message est clair. « L'entente de règlement, qui a été rédigée conjointement par le gouvernement du Canada et la Première Nation des Innus de Pessamit, prévoit qu'au moins 25 % plus un des membres éligibles à voter votent en faveur de chacun des deux accords de règlement. Selon les résultats obtenus, ce niveau n'a pas été atteint dans les deux cas », répond sa porte-parole Valérie Haché. Elle rappelle que les parties se sont entendues sur les termes du règlement avant la tenue des votes.

Mme Haché affirme que l’objectif du gouvernement du Canada est de parvenir à un règlement juste et équitable sur les revendications particulières de la Première Nation de Pessamit, et ce, tout en assurant la certitude et la finalité de chaque règlement. Il s’engage donc à consulter la principale concernée pour déterminer quelles pourraient être les prochaines étapes.

 

Photo : Archives Le Manic

Partager cet article