Le bénévolat international, une autre façon de voyager

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Le bénévolat international, une autre façon de voyager

Baie-Comeau – Claude Soucy, ce grand voyageur devant l’éternel, a découvert une toute nouvelle formule de voyage à l’automne 2015 en s’engageant dans un projet humanitaire au Guatemala pendant six semaines.

Plus que satisfait de son expérience, il retournera donner de son temps pour un autre projet, au Paraguay cette fois-ci, pendant tout le mois de mars 2016, et ce, encore en collaboration avec Amistad Casira. Il s’agit d’un organisme d’aide internationale qui a un bureau à Thetford Mines au Québec.

Pourquoi décide-t-on un jour de faire du bénévolat international? «Je l’ignore, mais c’est arrivé sur mon chemin comme ça. Un ami m’en a parlé et j’ai trouvé que c’était une belle manière de découvrir le monde», répond-il.

Tout en se décrivant passablement individualiste, Claude Soucy explique que les projets d’aide humanitaire lui permettent de découvrir la vie communautaire. «C’est une très belle place pour les retraités. C’est une manière de connaître le monde et de se faire des amis», raconte-t-il.

Au Guatemala, Claude Soucy et ses compagnons ont travaillé à la construction d’une école de quatre classes et d’un escalier dans une autre école. Ils ont aussi œuvré à différents travaux de ferme, notamment pour la construction d’un puits d’épuration. «J’ai aussi cueilli des citrons et de la cannelle», raconte-t-il.

Le travail comme tel s’étendait sur quatre jours et demi par semaine. Le reste du temps, le Baie-Comois l’a utilisé pour visiter le pays et vivre plein d’aventures. Il a notamment traversé la jungle via la rivière Rio pour aller se baigner et souper près du Belize, dans la mer des Caraïbes.

Guatemala1

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des