Victime d’intimidation : Catherine se vide le cœur dans une vidéo

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 03 février 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Une étudiante de l’école Jean-Paul II victime d’intimidation se vide le cœur dans une vidéo qui circule depuis vendredi sur Facebook. Catherine Larocque s’adresse à ses intimidateurs en les sommant de la laisser tranquille. « Chu pu capable », répète-t-elle à maintes occasions.

En peu de temps, la vidéo est devenue littéralement virale. Lundi matin, près de 25 500 personnes l’avaient vue.

Catherine Larocque a 13 ans et elle étudie en deuxième secondaire. Vendredi soir, sans en parler à sa mère, l’adolescente de Chute-aux-Outardes a décidé d’enregistrer une vidéo afin de passer son message. Devant la caméra, le jeune brunette se dit tannée de se faire traiter de salope, de grosse et d’éléphant, pour reprendre ses propos.

« Je suis humaine, j’ai des sentiments et me faire traiter de salope, j’en suis plus capable. Je suis à bout », lance-t-elle en invitant ceux qui l’intimident à lui ficher la paix. Vers la fin de la vidéo d’une durée cinq minutes et 45 secondes, on perçoit l’émotion qui la gagne et les larmes qu’elle refoule.

Pour qu’ils comprennent

Manon Finn, la maman de Catherine, n’était pas au courant de sa démarche. Elle a rapidement aperçu la vidéo que venait de partager sa fille sur Facebook vendredi. Elle est alors descendue au sous-sol pour lui en parler. « Elle m’a dit : “Bien oui maman, je veux qu’ils comprennent” », raconte-t-elle.

Mme Finn n’était pas sans savoir que Catherine vivait des choses particulièrement difficiles depuis quelques jours. « Ça faisait deux trois jours qu’elle arrivait en pleurant », souligne celle qui croit que deux ou trois jeunes sont sur le cas de Catherine.

À son retour à la maison dimanche soir, après avoir passé la fin de semaine à l’extérieur pour une compétition de cheerleading, l’adolescente a appris de sa mère que sa vidéo avait été vue par plus de 24 00 personnes. « Elle m’a dit qu’elle trouvait ça gros. Elle m’a aussi dit qu’elle se sentait libérée. Le fait qu’elle m’ait dit que c’est libérateur, c’est rassurant », raconte Mme Finn.

La maman croit que Catherine ait pu agir ainsi après avoir vu sa grande sœur vivre de l’intimidation plus intensément encore. «Probablement qu’elle a vu sa sœur dépérir et qu’elle a voulu agir tout de suite », indique-t-elle.

S’il y a une chose de sûre, c’est que la réaction de Catherine fait la fierté de sa mère. « Je la trouve mature », conclut-elle, en soulignant que le nombre de visionnements de la vidéo prouve que l’intimidation interpelle beaucoup de gens.

En fin d’après-midi lundi, la vidéo de la jeune fille avait récolté 1 365 j’aime et 383 partages sur Facebook. Des enseignants de l’école Jean-Paul II ont été tagués par un élève.

Réactions de l’école

À l’école Jean-Paul II, la directrice Dorsay Talaï affirme prendre la situation au sérieux, elle qui a visionné la vidéo lundi midi après un appel du journal Le Manic.

« On a pris contact avec les parents. On a un plan de lutte à l’intimidation depuis des années. On va faire notre enquête interne pour savoir quelle est l’origine de tout ça. On va faire le suivi avec la jeune et les parents », indique la directrice. Selon elle, la diffusion de la vidéo « est un peu arrivée comme une surprise » à l’école.

Partager cet article