Près de 200 personnes réclament la sauvegarde des CPE

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 09 février 2016
Temps de lecture :

Près de 200 personnes avaient marché le 7 février contre les compressions dans les CPE.

Baie-Comeau – Près de 200 personnes ont bravé le froid, dimanche avant-midi, à Baie-Comeau, pour dire non aux nouvelles compressions de 120 millions de dollars que s’apprête à effectuer le gouvernement du Québec dans le réseau des centres de la petite enfance.

Sous un ciel ensoleillé et un mercure frisant les – 30 degrés Celsius avec le refroidissement éolien, parents, enfants, éducatrices et autres employés des CPE de la Manicouagan se sont réunis dans le stationnement du Centre Laflèche. Ils ont voulu exprimer leur désaccord aux coupes budgétaires et leur besoin d’un réseau en santé pour le maintien de la qualité des services dispensés aux tout-petits.

« Les politiques familiales ont été construites dans les années 2000. Aujourd’hui, les deux membres du couple travaillent. Ils veulent se réaliser chacun de leur côté, mais ont besoin de services de garde. Aujourd’hui, le gouvernement est en train de déconstruire tout ça », a lancé le directeur général du Regroupement des centres de la petite enfance de la Côte-Nord, Réal Aloise.

Impacts inévitables

Trois administrateurs de CPE ont pris la parole pour dénoncer les plans du gouvernement et aborder leur réalité de tous les jours. Dans plusieurs cas, les compressions des dernières années ont déjà eu des répercussions. Des employés ont notamment dû être remerciés.

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, a participé au rassemblement en tirant à boulets rouges sur les politiques du gouvernement libéral.

« On a vraiment besoin des services de garde. On a besoin des CPE pour nos enfants. Le gouvernement fait payer la classe moyenne. On travaille et on paie nos impôts », a témoigné une maman.

Une marche

Sous escorte policière, les participants ont ensuite pris part à une marche qui les a menés jusqu’au Centre Manicouagan avant de revenir à leur point de départ.

À la grandeur de la Côte-Nord, six rassemblements du genre dans autant de villes ont été organisés dimanche matin.  Un peu partout au Québec, les gens sont sortis dehors pour réclamer la sauvegarde du réseau des CPE.

Partager cet article