Croisières : Tourisme Côte-Nord Manicouagan persiste et signe

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 17 février 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Tourisme Côte-Nord Manicouagan réagit à la sortie de la Ville de Baie-Comeau concernant le développement des croisières à Tadoussac en invitant les acteurs touristiques à se respecter et à travailler ensemble, plutôt qu’en solo, pour faire grandir la région.

On se souviendra que les élus de Baie-Comeau ont adopté une résolution dans laquelle ils dénoncent le fait que Tourisme Côte-Nord Manicouagan qualifie l’offre de croisières internationales pour petits bateaux de Tadoussac comme complémentaire à la leur. Ils la considèrent plutôt comme de la compétition directe à leur propre offre.

En conférence de presse mercredi, la directrice générale de Tourisme Côte-Nord Manicouagan, Grétha Fougères, a maintenu ses propos. « Tadoussac est reconnue pour son offre touristique, pas pour ses croisières internationales. S’ils ont un produit complémentaire à ce qui se fait ici, pourquoi pas », a-t-elle souligné. Selon elle, plus l’offre touristique de la région sera variée, plus elle pourra se développer et plus les touristes la visiteront.

La mission de Tourisme Côte-Nord Manicouagan est de développer et de faire la promotion du tourisme sur son territoire, mais jamais l’organisme n’accorderait son appui à une municipalité dont les projets viendraient en compétition avec d’autres, martèle la directrice générale.

Stratégies différentes

Si Baie-Comeau fait partie de la Stratégie de développement des croisières internationales, a expliqué Mme Fougères, Tadoussac est l’un des quatre pôles de la Côte-Nord (sur un total de 10 au Québec) retenus pour le déploiement de la Stratégie de mise en valeur du Saint-Laurent touristique et ses millions de dollars disponibles. Des projets, l’industrie touristique en a besoin.

« On pense que c’est gagnant pour la Côte-Nord de travailler ensemble », a répété Mme Fougères. Selon elle, les administrateurs de Tourisme Côte-Nord Manicouagan restent cependant conscients des enjeux de l’un et de l’autre.

Interrogée sur les risques que la Ville de Baie-Comeau perde au change avec le développement de l’industrie des croisières à Tadoussac, la directrice générale a laissé entendre que Tadoussac et les trois autres ports d’escales internationales déjà reconnus pourraient développer une stratégie incitant les compagnies  de croisières à tous les inscrire à leur itinéraire. En comparaison, elle a cité les adeptes de culture, qui visitent tous les musées et les centres d’interprétation d’une région dans le même voyage.

Partager cet article