« C’est une bâtisseuse qu’on perd »

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 février 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Une grande dame s’est éteinte en janvier. La fondatrice et propriétaire d’Argile Eau Mer, Denise Saulnier, a perdu son combat contre le cancer. La Manicouagan voit partir une entrepreneure acharnée qui a travaillé durement ces 22 dernières années pour donner au banc d’argile marine de Pointe-aux-Outardes ses lettres de noblesse.

Native de Pointe-aux-Outardes, mais ayant fait carrière dans l’enseignement à Montréal pendant plusieurs années, Denise Saulnier est décédée le 10 janvier à moins d’un mois de ses 70 ans. Malgré sa soif de vivre, elle a été incapable de surmonter une récidive d’un cancer qui l’avait frappée en 2014.

« C’est une bâtisseuse qu’on perd. Ses qualités intellectuelles supérieures et sa détermination hors du commun lui ont permis de percer dans le secteur minier, un domaine particulièrement masculin. Se frayer un chemin dans un dédale d’organismes et de réglementations n’avait plus de secrets pour elle », a écrit Andrée Hardy, de Femmeessor Côte-Nord, dans un hommage publié sur la page Facebook de l’organisme qui soutient les femmes en affaires.

Mme Hardy n’a d’ailleurs pas manqué de noter aussi son sens de l’innovation et l’exploit rare qu’elle a réalisé en utilisant une ressource locale du secteur Baie-Saint-Ludger pour la transformer et la faire connaître à l’international.

La disparue a participé à quelques missions économiques en Europe et en Asie dans le cadre du développement et de la promotion de ses produits du terroir nord-côtier à base d’argile marine.

Deux carrières

Comme le dira Liliane Saulnier, Argile Eau Mer a été en quelque sorte une deuxième carrière pour sa sœur. Elle a même mené ses deux carrières de front pendant quelques années puisqu’elle enseignait encore la philosophie au Cégep Lionel-Groulx lorsqu’elle a entrepris de caractériser l’argile marine de son coin de pays natal.

Une fois à la retraite, Denise Saulnier s’est consacrée entièrement à l’implantation de l’usine de transformation installée dans le secteur Les Buissons, à Pointe-aux-Outardes, après avoir acquis avant les droits sur des gisements d’argile. D’une fabrication artisanale, elle est passée à une fabrication industrielle de produits de soins à base d’argile marine reconnus par Santé Canada.

« Elle a travaillé sans relâche, a surmonté de multiples obstacles et a toujours maintenu le cap pour cette petite, mais combien importante usine pour la région, et ce, malgré le manque d’appuis à certains moments ou le manque de ressources financières», a témoigné un proche dans un hommage rendu à ses funérailles.

Et pour l’avenir?

Est-ce que l’entreprise mise au monde par Denise Saulnier lui survivra? Pour le moment, sa famille ne peut pas encore se prononcer là-dessus. Liliane Saulnier confie toutefois que c’est ce que tous souhaiteraient. Des démarches légales sont toujours en cours pour régler la question de la succession.

Face à la maladie qui était de retour, l’entrepreneure disparue avait d’ailleurs décidé, en octobre dernier, de cesser temporairement les activités d’Argile Eau Mer, tout en prévoyant une réouverture en mai 2016. Sur le site Internet de l’entreprise, il est mentionné que cette période d’arrêt doit permettre de restructurer l’entreprise.

Partager cet article