Les parents de Franquelin jubilent

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 mars 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Les parents de Franquelin flottent sur un nuage depuis une semaine. L’école de leur village est épargnée pour au moins trois ans, à leur grand bonheur.

« On est vraiment contents. Trois ans, ça nous donne le temps de mousser nos initiatives pour attirer de nouvelles familles à s’établir à Franquelin », mentionne Johanne Desjardins, conseillère municipale et membre du comité de sauvegarde de l’école.

Avant de connaître la décision de la Commission scolaire de l’Estuaire (CSE), le regroupement gardait confiance d’obtenir un autre sursis d’un an, notamment grâce au don de 30 000 $ reçu de la firme Axor, mais trois ans, ç’a été une agréable surprise, note Mme Desjardins.

Rappelons que la CSE a fait connaître le sort réservé à l’école Père-Duclos lors d’une séance régulière du conseil des commissaires qui s’est tenue à Forestville. Rassemblés dans un local de l’édifice municipal de Franquelin, les membres du comité ainsi que le président du conseil d’établissement, des élus municipaux et la directrice de l’école ont suivi les échanges et appris la décision en temps réel par le truchement du téléphone.

Les mesures incitatives

Au printemps 2015, la municipalité de Franquelin a mis de l’avant un programme de mesures incitatives à la fréquentation de l’école Père-Duclos. Elle veut ainsi attirer de nouvelles familles avec de jeunes enfants afin d’augmenter le nombre d’élèves et assurer une survie à long terme.

Le programme renferme un crédit de taxes équivalant aux droits de mutation, connus sous le nom de « taxe de bienvenue », acquittés lors de l’achat d’une propriété. Les familles doivent avoir un enfant inscrit à l’école du village. Il assure aussi le remboursement des frais scolaires et des fournitures à acheter en début d’année.

Avec la bonne nouvelle obtenue mardi soir, la phase 2 de promotion des actions du comité de sauvegarde se met en branle. Ainsi, Mme Desjardins veut profiter du Carnaval des neiges du Mont Ti-Basse pour distribuer des dépliants d’information. Elle veut aussi en déposer dans les supermarchés et à la Bibliothèque Alice-Lane. « On a des maisons à vendre et des maisons à louer. On dit : « Venez chez nous, on vous attend les familles et il y en a déjà une d’arrivée » », souligne-t-elle, rappelant l’installation de Jean-Philippe Duguay avec sa conjointe et ses deux jeunes enfants.

Le comité de sauvegarde a aussi obtenu l’aval du ministère des Transports du Québec pour une activité de financement à réaliser par l’entremise d’un ralentissement de la circulation sur la route 138 lors de la Fête nationale du Québec.

Partager cet article