Cloé s’en va à la finale canadienne d’Expo-sciences

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet

Baie-Comeau – Cloé Morisset-Vollant a tellement fait bonne impression à la récente finale québécoise de la Super Expo-Sciences Hydro-Québec qu’elle a obtenu son laissez-passer pour la finale canadienne de l’événement grâce à son projet Irradier pour soigner.

L’étudiante de l’école secondaire Jean-Paul II de Baie-Comeau, qui faisait partie d’une délégation de huit porte-couleurs de la Côte-Nord, a épaté la galerie à Sorel-Tracy, du 22 au 24 avril. Elle a remporté une participation à l’Expo-sciences pancadienne qui se tiendra du 15 au 20 mai à Montréal. Elle a aussi reçu le prix de l’Association francophone pour le savoir, assorti d’une bourse d’une valeur de 500 $.

Ce n’est pas un hasard si Cloé a choisi de préparer un projet scientifique lié à la médecine. Cette science l’intéresse depuis qu’elle est toute petite, et ce n’est pas sans raison non plus. Elle a la médecine inscrite dans ses gènes avec une mère omnipraticienne, la Dre Marie-Ève Morisset, et un père chirurgien, le Dr Stanley Vollant.

Intriguée à l’origine

Si l’étudiante de 16 ans a choisi de monter un projet traitant de la radiothérapie, c’est parce que ce traitement contre le cancer l’intriguait, contrairement aux principes liés aux traitements par chirurgie et par chimiothérapie. « En radiothérapie, c’est des rayons, c’est quelque chose d’invisible. Je me demandais comment quelque chose d’invisible pouvait guérir le cancer », explique-t-elle.

Dans le cadre de son projet scientifique, Cloé s’est aussi attardée aux effets secondaires de la radiothérapie, comme les brûlures sur la peau.

La jeune fille l’avoue : jamais elle n’aurait pensé atteindre l’étape de la finale pancanadienne d’Expo- sciences. Elle croit que sa facilité à vulgariser son contenu a plu aux juges, tout comme le fait d’avoir inclus plusieurs faits scientifiques. « En radiothérapie, c’est vraiment au niveau des atomes et des molécules. Les rayons viennent s’attaquer à l’ADN des cellules », souligne-t-elle.

Future chirurgienne?

Cloé veut devenir médecin, ça ne fait aucun doute dans son esprit. Elle songe à devenir chirurgienne comme son père, mais ça, ce n’est pas encore coulé dans le béton. « La médecine, c’est le domaine que j’ai toujours connu et j’ai toujours voulu faire ça », admet-elle.

Est-ce que ses parents l’ont aidée à élaborer son projet? Elle répond par la négative. Tout le travail de recherche pour expliquer le rôle des atomes et des molécules autour de la radiothérapie lui revient à elle seule. Par contre, elle reconnaît que sa mère et son père l’ont encouragée dans cette voie et ont relu sa préparation.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des