Laurianne Garraud suit son plan de match à la lettre

Par Sandro Célant 12:00 AM - 24 mai 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Laurianne Garraud n’en démord pas et suit son plan de course à la lettre afin d’être fin prête, le 9 juillet, lors de la première édition du Demi-marathon Eau Grand Air de Baie-Comeau.

La sympathique dame de 37 ans, maman de la petite Emy (âgée de 7 ans et demi), ne ménage pas les efforts depuis les derniers mois pour relever un « gros challenge » comme elle prend la peine de préciser.

Gagnante du défi « Ma première course », cette Française d’origine a entrepris un programme d’entraînement de 24 semaines pour éventuellement prendre le départ de l’épreuve de 10 kilomètres en juillet prochain.

Supervisée par Philippe Dumont, entraîneur certifié en course à pied, la néophyte dans le domaine de la course a amorcé graduellement les étapes, au mois de février, et poursuit la cadence de plus belle.

Adaptation

« Cela n’a pas été facile au début et il m’a fallu un peu de temps pour bien m’adapter. Il y avait beaucoup de choses à penser, notamment au niveau de la planification, mais tout se passe maintenant très bien », a commenté la biologiste de formation, responsable du volet environnement chez la firme WSP.

Mère monoparentale, Laurianne a su ajuster son horaire selon les moments de garde de sa fillette qu’elle a une semaine sur deux. « Durant la semaine, je cours souvent sur l’heure du midi. J’y ai pris goût. Cela me fait du bien et ça me manque lorsque je ne peux effectuer une sortie en raison d’un imprévu ».

Plongée dans cette aventure parce qu’elle avait goût de bouger et d’améliorer sa qualité de vie, la coureuse, habillée par la boutique Spin sport & plein air, ne regrette rien. « Pour la première fois depuis longtemps, j’ai ressenti une envie et une détermination profonde à vouloir essayer ce défi. C’est une façon formidable de retrouver ma forme et ma fierté ».

Graduellement

Philippe Dumont s’est bien assuré de respecter toutes les phases du programme. « Nous y sommes allés étape par étape et, jusqu’à présent, Laurianne se comporte très bien. Il est important d’apporter la notion de plaisir dans la course afin qu’elle puisse continuer de courir encore longtemps ».

À quelques semaines de grand rendez-vous, la principale concernée avoue qu’elle commence à ressentir des papillons dans l’estomac. « Oui, il y a un peu d’énervement et d’anxiété, mais je suis bien entourée et cela m’aide beaucoup », a-t-elle ajouté avec confiance.

Fait à signaler, aucun objectif de temps n’est déterminé pour compléter la distance de 10 kilomètres.

« Il n’est pas question de mettre de la pression supplémentaire. Tout ce que l’on souhaite, c’est que Laurianne s’amuse et profite au maximum de cette belle expérience », a assuré l’entraîneur en guise de conclusion.

Partager cet article