Guylaine Tremblay, Directrice générale du Comptoir alimentaire L’Escale

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet

Baie-Comeau – Guylaine Tremblay tient de main de maître les destinées du Comptoir alimentaire L’Escale de Baie-Comeau. Elle travaille fort pour remplir le ventre de ceux qui en arrachent pour rejoindre les deux bouts. La sollicitation ne lui fait pas peur. Tantôt, ce sera des denrées alimentaires ici et tantôt de l’argent là-bas pour acheter ce qui manque. Du succès de ses démarches dépendent les clients de l’organisme. Portrait d’une femme qui gagne à être connue!

Comment s’est passée votre jeunesse ?

J’ai eu une belle jeunesse, beaucoup d’amies et une famille très unie.

Quel a été votre parcours scolaire?

De ce côté-là, ça été un peu plus dur, je l’avoue. J’ai arrêté l’école au niveau secondaire, mais j’ai vite compris que ce n’était pas le bon choix. C’est pour cette raison que j’ai ensuite repris mes études.

Depuis quand occupez-vous la direction du Comptoir alimentaire L’Escale ?

Ça va faire six ans cet automne.

 À quoi ressemble votre  journée type au travail?

L’avant-midi, je suis partout! Je cours à gauche et à droite en ville pour aller à la rencontre des donateurs et recueillir les denrées qu’on me donne pour garnir les tablettes du Comptoir alimentaire. Par contre, pendant l’après-midi, je suis à mon bureau, paperasse oblige !

Parmi la clientèle, y a-t-il une ou des histoires plus marquantes?

Il y a beaucoup d’histoires marquantes, nous ne réalisons pas combien de gens, dans une si petite ville, peuvent être en situation de détresse. Chaque personne a son histoire.

Quels sont vos qualités et vos défauts?

Ah, que je ne suis pas patiente. C’est mon vilain défaut. Il est vrai que j’aime quand les choses et les projets avancent. Je n’aime pas les personnes qui se cassent toujours la tête. Il n’y a rien de parfait dans la vie et c’est correct ainsi.

Du côté des qualités, je suis fonceuse. Il n’y a rien qui m’arrête. Dans le fond, le pire qui peut arriver, c’est de se faire dire non. Qu’une idée n’aille pas plus loin ou qu’un projet ne fonctionne pas, il faut se dire qu’on n’en meurt pas et qu’au moins, j’aurai essayé.

Qu’est-ce qui vous rend heureuse?

Mon bonheur, je le trouve dans ma vie de famille et mes animaux, rires…. Bref, on peut dire sans se tromper que je suis une personne qui apprécie le temps qui passe… qui apprécie la vie en somme.

Croyez-vous en votre bonne étoile?

Je crois fermement que dans la vie, rien n’est acquis. Il faut vraiment profiter du moment présent. Quand tout va bien, il faut en profiter puisqu’un jour, la situation risque de changer. Et quand ça va plutôt mal, il faut se dire que c’est temporaire.
Fais de ton mieux, donne tout ce que tu peux et la vie va s’occuper du reste, voilà ma devise.

Avez-vous un modèle?

Je crois que tous ceux qui m’entourent sont des modèles. Il faut prendre le bon côté des gens qui traversent notre vie d’une manière ou d’une autre, car chacun a quelque chose à nous enseigner.

Comment vous projetez-vous dans 10 ans?

… on verra. Revenez me voir dans 10 ans!

 

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des