Daniel Bertrand-Bouchard vient de publier « Le Clara Clausen »

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 26 juin 2016
Temps de lecture :

Daniel-Bertrand Bouchard est fier de ce premier roman qu’il publie à l’âge de 80 ans.

Baie-Comeau – Daniel-Bertrand Bouchard apporte la preuve que l’âge n’est pas un frein lorsqu’il est question de réalisations et de dépassement. À 80 ans bien sonnés, il vient de lancer son tout premier roman, Le Clara Clausen, inspiré du naufrage de ce navire survenu au large des Escoumins en 1968.

L’auteur habite Les Bergeronnes depuis 25 ans. C’est là qu’il a choisi de passer sa retraite après avoir vécu à Baie-Comeau pendant 45 ans, où il a notamment enseigné l’électrotechnique.
Le Clara Clausen, M. Bouchard l’a écrit à partir de notes qu’il a colligées voilà plusieurs années après avoir écouté tout ce que lui racontait son beau-frère, Léo Boulianne. Ce dernier a fait partie de l’équipe responsable du renflouement du navire à l’époque.
« Avec mes petits bouts de phrases, je m’étais fait une histoire qui était quand même assez structurée », souligne-t-il. En effet, elle devait l’être puisque, lorsqu’il s’est décidé à commencer son roman à l’âge de 75 ans, il l’a achevé en un rien de temps. « Je l’ai écrit en un mois et demi, mais la recherche a été longue », précise-t-il, le sourire aux lèvres.
Mais qu’est-ce qui a bien pu entraîner M. Bouchard à se lancer dans l’écriture d’un roman inspiré de ce naufrage qui a marqué l’histoire de la Haute-Côte-Nord? Une réflexion de sa fille Carole a été déterminante, dit-il. C’est lorsqu’elle lui a lancé : « Papa, arrête de conter ton histoire et écris là » que le déclic s’est véritablement produit.
Tout un naufrage
Le Clara Clausen raconte en détail les pans de ce naufrage particulier survenu face au quai des pilotes aux Escoumins, en novembre 1968, en pleine tempête. La base de l’histoire est vraie, mais elle a été romancée et les noms des personnages modifiés.
Victime d’un bris de gouvernail, le navire d’origine norvégienne est déporté sur des rochers par des vagues déferlantes d’une hauteur de 30 pieds, raconte l’auteur. Après que le bateau ait été extirpé de sa fâcheuse position et remis à la mer, plusieurs événements se produisent dans les années qui ont suivi. M. Bouchard parle de réparations, de prêt d’argent, de vol, de condamnation et de saisie, notamment.
Le bateau est finalement amarré à Sorel en 1972. Il ne reprendra jamais la mer. Après un certain nombre d’années, il est carrément démantelé.
Troisième lancement
L’auteur en était à son troisième lancement, la semaine dernière, à la Bibliothèque Alice-Lane de Baie-Comeau. Le premier, il l’a tenu à Montréal le jour même de son 80e anniversaire de naissance, le 15 avril. Un deuxième lancement a eu lieu aux Bergeronnes.
Le Clara Clausen a été édité à compte d’auteur. Deux cents exemplaires ont été imprimés. Il est cependant possible de l’acheter en format PDF ou en format de livre électronique. En septembre, l’ouvrage sera traduit en anglais. « Je sais qu’avec l’anglais, j’ai plus de chances de vendre des copies », souligne-t-il.
L’artiste en lui
Daniel-Bertrand Bouchard a beaucoup occupé la scène artistique lorsqu’il habitait Baie-Comeau. Avec d’autres, il a ouvert une boîte à chansons. Les plus vieux se souviendront peut-être du Placard, situé à l’intersection de la rue de Puyjalon et du boulevard Blanche.
Auteur-compositeur et interprète, l’homme a composé près de 80 chansons dans sa vie, dont l’une intitulée La Côte-Nord, qu’il considère comme son hymne à son coin de pays. « Je l’ai écrite après avoir lu le roman d’Yves Thériault sur Napoléon-Alexandre Comeau », précise-t-il.
M. Bouchard a chanté du côté de Terre des hommes (devenu le parc Jean-Drapeau) à Montréal en 1967 et en 1968. Il a aussi été invité à la boîte à chansons Chez Clairette un peu à la même époque.
Ses chansons, il dit vouloir en faire « une sorte de cahier de la Bonne chanson, imprimé et numérique ». Il compte également rassembler ses poèmes. « Vu que j’ai 80 ans, j’ai beaucoup de choses d’entreprises et je veux fermer tout ça », conclut-il.

Partager cet article