Si tu aimes le soleil…

Par 12:00 AM - 16 juillet 2016
Temps de lecture :

Vous en avez ras le pompon.

Marre de la grisaille. Tannés de marcher dans l’eau. Épuisés de chercher Galarneau. Affectés par la température polaire. Las de voir le gazon verdir et le basilic jaunir. Vos pieds sont bleus, vous broyez du noir. Vous z’êtes à boutte!

À peine 11 degrés en cette mi-juillet dans la Manicouagan… Votre « tite-laine » ne suffit plus et les soldes de Canada Goose vous font envie. Que faire de cet été sans substance?

Dernièrement, un organisateur d’événements assez culotté que nous nommerons Bozo a poursuivi en justice un relayeur de météo. Son motif était le suivant: les données climatiques partagées sur la boîte vocale du monsieur météo, le matin de l’activité, ne se sont pas avérées. Le Bozo-les-culottes en question n’a alors pas annulé l’événement dont il était l’organisateur. Il poursuit le pauvre gars qui offre un service gratuit en enregistrant les informations d’Environnement Canada sur une boîte vocale. Bon, l’histoire se termine positivement. La juge l’a r’viré dans son short.

On est rendu là, dans la vie. Pour certains, tout est de la faute de quelqu’un d’autre que soi. La météo, c’est la faute de personne. El Niño, le courant du Gulf Stream et la fonte des glaciers ont demandé une neutralité diplomatique. Ils en avaient marre de se voir accuser de tous nos maux. On juge le tout, moi la première. Pourtant, ces temps-ci, j’ai des envies folles de poursuites… Pas en justice! Non, j’ai envie de trouver le champion qui est en charge du beau temps. De partir à la course après lui, de l’attraper et de lui faire un palace au parc des Pionniers. Misère, où est passé l’été? « Y avait Roger qu’on n’avait pas vu passer », dixit la chanson. Par contre, là, c’est l’été qu’on n’a pas vu passer. Était-ce seulement le pâle échantillon de la mi-mai? Si c’est ça, la presque totalité d’entre nous étions au travail dans ces journées tropicales.

Je suis une hyper-optimiste de nature. Ça me nuit parfois parce que je m’adapte trop longtemps. Là, ma patience a des limites. Flavie la bouledogue ne veut plus sortir pour ses besoins primaires. Je dois hurler sur ma galerie à minuit le soir pour qu’elle affronte la bruine et le sol mouillé: va faire ton pipi, va faire ton pipi, VA-FAI-RE-TON-PI-PI!!! Elle reluque toute étoffe tissée, rêvant d’y déverser ses liquides sans se mouiller la patte. Chien unicellulaire, certes, mais étonnante de stratégies quand il s’agit de son confort canin.

Je m’insurge! On a besoin de l’été pour refaire notre vitamine D! En juillet et août, les humains et les activités réclament un été! Le festival Eau Grand Air, La Bande estivale, CHAUD Bizzz, le Jardin des Glaciers… Les noms le disent: ça se passe dehors avec de la chaleur ou dans une ambiance chaleureuse. Est-ce assez clair?

Je songe à des incantations, à des rituels de sorcières et à des potions magiques. Je suis même prête à sacrifier les 15 brosses à dents de ma maison dans une marmite de shiraz. C’est vous dire à quel point je suis prête à TOUT. Qu’est-ce qu’on pourrait faire collectivement pour ramener le beau temps? Une danse du soleil avec 10 000 personnes au parc des Pionniers? Un chant d’invocation avec des allitérations en « s »? Soleil susurre sur ce parc sous surveillance sereine. J’en conviens, le texte ne tient pas la route. On s’essaie à autre chose.

J’ai fait des recherches et je vous le déconseille… Si j’ai appris que la fameuse danse du soleil n’a rien à voir avec l’apparition de l’astre de feu, j’ai fait d’autres découvertes… déconcertantes. Chercher sur ce sujet, c’est comme faire une recherche d’images pour « Mère Noël ». Tu n’anticipais pas le résultat. Tu ne voulais pas voir ça.

D’accord, j’ai pu mettre la main sur un formulaire de rituels et d’incantations pour ressusciter Phébus. Je connais maintenant la façon de changer du vin en eau! Sérieusement, qui veut faire ça? C’est le contraire qui nous intéresse! Mes recherches vous fascinent? Sachez que j’ai trouvé le rituel pour voler dans les airs et l’incantation pour raffermir l’érection. Bruits de criquets.

Retour à notre préoccupation principale. C’est le soleil que je veux faire venir. Ne l’oublions pas. Construire une pyramide aztèque ou maya, c’est long et ça doit prendre un permis de l’enfer. Ça en prend un pour vendre de la limonade… Alors, imaginez le processus bureaucratique. Faire des sacrifices dans un cénote, ce n’est plus éthique. Se promener nue pour attirer la chaleur n’est pas légal. Je suis à bout de ressources. Faire simple et efficace, voilà notre mission.

J’invite ainsi tout un chacun à écrire ceci sur son profil Facebook: « J’autorise le soleil à revenir ». Voilà, c’est fait. Ce populaire média social dit d’autoriser ci et ça pour le salut de notre âme et de nos données personnelles? Bourrons-nous la face! Quand c’est lu sur face de book, c’est que c’est VRAI et que ÇA VA ARRIVER. MOUHAAAA… (Vous devriez entendre ici une voix d’outre-tombe).

Bon, en attente d’un miracle, je rêve d’un coup de soleil. Je souhaite une canicule et je vais l’endurer sans me plaindre si elle ose se pointer le nez.

D’ici là, je m’entoure des soleils de ma vie et je chante à tue-tête: Si tu aimes le soleil, frappe des mains…

Par Marie-Josée Arsenault

Partager cet article