Transport aérien : la Manicouagan veut tirer son épingle du jeu

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 03 août 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – L’annonce d’un sommet sur le transport aérien régional à se tenir dans les prochains mois au Québec réjouit le milieu socioéconomique manicois, qui a bien l’intention de contribuer à la recherche de solutions pour améliorer la situation.

Le transport aérien régional apporte son lot de particularités et nécessite une attention particulière. En réunissant l’ensemble des transporteurs aériens, des entreprises et des intervenants concernés, le gouvernement du Québec veut maximiser et améliorer l’accessibilité au transport aérien régional, selon le ministre responsable du Plan Nord et responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand.

Cet enjeu est primordial pour assurer le succès économique du Plan Nord. Ce succès, Québec le voit intimement rattaché aux infrastructures et au développement stratégique à long terme des modes de transport, qu’ils soient routier, maritime, ferroviaire ou aérien.

Situation difficile

Innovation et développement Manicouagan (ID Manicouagan), la Chambre de commerce de Manicouagan (CCM) et la Ville de Baie-Comeau souhaitent une meilleure desserte aérienne sur la Côte-Nord. Avec désormais une seule liaison quotidienne Montréal-Baie-Comeau (incluant une courte escale à Mont-Joli) et plus rien vers Québec en liaison directe, la région immédiate en arrache depuis la baisse de l’activité économique du Plan Nord.

L’absence de vol direct vers la Vieille Capitale rend difficiles la venue de représentants officiels gouvernementaux et la tenue de réunion d’affaires. « Un vol Québec-Baie-Comeau prend désormais plus de six heures, ce qui inclut une escale à Montréal. Le prix du billet d’avion tourne aux alentours de 800 $. Cela pose de réels problèmes à la fluidité des déplacements d’affaires », explique la directrice générale de la CCM, Janie Albert.

Les gens de la Manicouagan ont donc bien l’intention d’apporter des solutions, en collaboration avec le gouvernement et les autres partenaires de la Côte-Nord. Comme le souligne le président-directeur général d’ID Manicouagan, Marcel Furlong, comme « le ministre Pierre Arcand est ouvert à un projet pilote et à des solutions nouvelles, pourquoi ne pas offrir la liaison “ Québec-Côte-Nord ” avec escales dans ses deux principaux pôles que sont Baie-Comeau et Sept-Îles? »

Dérouler le tapis rouge

La Manicouagan va plus loin qu’assurer Québec de sa participation du sommet sur le transport aérien régional. Elle invite le gouvernement à considérer Baie-Comeau pour la tenue de l’événement ainsi que pour celle de l’Assemblée des partenaires de la Société du Plan Nord.

Selon les trois partenaires, le fait de réunir chez nous tant de gens provenant de l’extérieur leur permettra de constater encore plus l’ampleur du problème lié à l’accessibilité aérienne régionale.

Partager cet article