La Friperie rouvre ses portes dans un décor dernier cri

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
La Friperie rouvre ses portes dans un décor dernier cri
Hélène Gonthier, la fondatrice du Dépannage de l’Anse, maintenant La Friperie, a effectué la coupure symbolique du ruban en compagnie du président Robin Lepage, de Mgr Jean-Pierre Blais, de deux bénévoles de la première heure, Rosa Blouin et Graziella Desrosiers, et des conseillères municipales Reina Savoie-Jourdain et Carole Deschênes.

Baie-Comeau – Après avoir investi 100 000 $ pour moderniser son intérieur à l’occasion de son 30e anniversaire d’existence, La Friperie a rouvert officiellement ses portes, rue De Puyjalon à Baie-Comeau. De nombreuses personnes associées de près ou de loin au succès de l’entreprise ont assisté à la cérémonie d’inauguration, dont sa fondatrice, Hélène Gonthier.

La Friperie est la nouvelle appellation du commerce. Elle succède à la Friperie de l’Anse et au Dépannage de l’Anse. Ce dernier nom, celui qui demeure le plus connu, ne sera dorénavant utilisé qu’aux seules fins légales et administratives.

La réouverture officielle de La Friperie après quelques semaines de fermeture pour la réalisation des travaux, s’est faite dans une ambiance festive et tournée résolument vers le futur, mais avec le passé toujours bien présent en toile de fond.

« Mon Léo »

En entrevue avec le journal Le Manic, Mme Gonthier a exprimé sa fierté de voir son œuvre célébrer ses 30 ans d’existence. « C’est une chose merveilleuse que je n’aurais jamais cru possible de faire », a-t-elle avoué en référence au lancement du Dépannage de l’Anse en 1986 et à sa longévité.

La nonagénaire a eu une bonne pensée pour son défunt mari, « mon Léo », comme elle l’a si bien dit, qui l’a toujours soutenue dans ce projet qui sortait alors des sentiers battus. Léopold Deschênes venait à peine de prendre sa retraite quand sa femme, déterminée, a lancé l’idée d’un commerce pour donner une seconde vie à des vêtements, mais aussi pour aider M. et Mme Tout-le-monde. « Moi, j’ai une parole et il fallait qu’il croit à ma parole », a-t-elle mentionné, un petit sourire éclairant son visage.

En avance sur son temps

Quand Hélène Gonthier a fondé le Dépannage de l’Anse, elle était vraiment en avance sur son temps, a souligné Carole Deschênes. Conseillère municipale du quartier N.-A.-Labrie et fille de la fondatrice, Mme Deschênes a insisté sur le fait que les mots recyclage, récupération et revalorisation étaient loin d’être des préoccupations de tous les instants à l’époque, contrairement à aujourd’hui.

La conseillère n’a pas manqué aussi de rappeler que le Dépannage de l’Anse a été une inspiration dans le milieu et à tel point que la Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan a ouvert le magasin Phase II, qui mise sur le réemploi.

Président du conseil d’administration de l’organisme, Robin Lepage n’a pas manqué de souligner que la décision d’investir 100 000 $ dans l’entreprise d’économie sociale a été mûrement réfléchie. « Nous avons fait le choix de décider d’investir pour rester en vie », a-t-il mentionné à l’assistance.

Le projet de rénovation ne se sera pas fait en criant ciseaux. Il s’est concrétisé grâce à des partenaires financiers, mais aussi aux employés et aux bénévoles de La Friperie. Ces derniers, a insisté le président, ont travaillé fort pour transférer tout le contenu du magasin dans une remorque de 53 pieds avant d’effectuer l’opération inverse une fois les travaux réalisés.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des