Les citoyens invités à former une chaine humaine devant l’hôpital

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 05 janvier 2017
Temps de lecture :

Le maire suppléant et porte-parole du comité de vigilance Manicouagan Haute-Côte-Nord, Yves Montigny, le président du Conseil central Côte-Nord-CSN, Guillaume Tremblay, et la représentante du député de René-Lévesque, Natasha Collin, espèrent une belle participation de la population à la manifestation du 10 janvier pour dire non au transfert d’équipements biomédicaux de Baie-Comeau vers le Saguenay.

Baie-Comeau – Devant les risques de voir partir des équipements du service de laboratoire de l’Hôpital Le Royer en direction du mégalaboratoire qui sera installé à Saguenay dans la foulée du projet Optilab, la population est invitée à former une immense chaine humaine devant l’établissement le mardi 10 janvier, à 16 h 15.

Initiée par le Conseil central Côte-Nord-CSN, le comité vigilance Manicouagan Haute-Côte-Nord et les deux députés péquistes de la Côte-Nord, Martin Ouellet dans René-Lévesque et Lorraine Richard dans Duplessis, cette manifestation vise à démontrer au ministre Gaétan Barrette que la région ne se laissera pas dépouiller sans rien faire.
Déjà au cours de 2016, de nombreuses actions ont été prises afin de contrecarrer les visées du ministre de la Santé, qui doivent permettre de réaliser des économies de 75 M$ dans l’ensemble du Québec, mais des économies quasi inexistantes sur la Côte-Nord en raison notamment des couts de transport. Or, la qualité des services est en jeu, croit les syndicats et les élus, tout comme les emplois de 80 technologistes médicales.
La visite de représentants du projet Optilab au laboratoire de l’hôpital de Baie-Comeau, en décembre, afin de cibler les équipements qu’ils souhaitent voir transférés vers le Saguenay a mis tout le monde sur le qui-vive. Après Baie-Comeau, est-ce que Sept-Îles ou Havre-Saint-Pierre suivront, se questionnent les partenaires.
C’est non!
« Il faut s’assurer qu’on ne délocalise pas des équipements qui vont avoir un impact sur les emplois. C’est sûr qu’on ne baissera pas les bras », prévient Yves Montigny, maire suppléant de Baie-Comeau et porte-parole du comité de vigilance. C’est d’autant important de les conserver, ajoute-t-il, qu’ils ont été acquis à même le budget dévolu à l’hôpital ou encore grâce à des campagnes de financement régionales.
Le président du conseil central Côte-Nord-CSN, Guillaume Tremblay, est aussi d’avis qu’il n’est pas question de laisser sortir ces équipements spécialisés. « Pour nous, ça ne passe pas. Il ne faut pas qu’on ouvre cette porte-là car si on l’ouvre, on ne sera pas capable la refermer », affirme-t-il. Selon lui, les services et l’expertise que la région perdra avec Optilab valent beaucoup plus que les quelques économies qui pourraient être réalisées avec la centralisation des laboratoires vers Saguenay.
La population de la Manicouagan est donc conviée à ce grand rassemblement devant l’hôpital le mardi 10 janvier afin de démontrer qu’elle tient à ses services de proximité. La menace qui plane avec Optilab risque encore une fois de faire perdre à la Côte-Nord des acquis au profit d’autres régions ou du privé.

Partager cet article