Le nombre de bénévoles triple à la patinoire Saint-Sacrement

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 21 janvier 2017
Temps de lecture :
Samedi après-midi, alors que le mercure frôlait les - 20 degrés Celsius, Rénald Harel et Jean-Marc Michaud, deux bénévoles, s’activaient à la patinoire Saint-Sacrement. Ils tentaient de réparer les dommages causés par la pluie de la semaine dernière aux trois surfaces glacées. Photo Le Manic.

Samedi après-midi, alors que le mercure frôlait les – 20 degrés Celsius, Rénald Harel et Jean-Marc Michaud, deux bénévoles, s’activaient à la patinoire Saint-Sacrement. Ils tentaient de réparer les dommages causés par la pluie de la semaine dernière aux trois surfaces glacées. Photo Le Manic.

Baie-Comeau – Ils étaient quatre ou cinq jusqu’à tout récemment, mais depuis une rencontre d’information tenue la semaine dernière, une quinzaine de bénévoles mettent la main à la pâte pour assurer la survie de la patinoire Saint-Sacrement.

On se souviendra que le responsable de l’entretien de cette infrastructure depuis plus de 40 ans, Jos D’Astous, a lancé un véritable cri du cœur, en décembre, pour inciter de nouveaux bénévoles à lever la main, car la maladie l’oblige à ralentir considérablement son engagement. Pour une dernière saison, il demeure responsable du comité des bénévoles, mais le déneigement et l’arrosage des trois surfaces glacées, ce n’est plus pour lui.

La sortie publique de l’homme de 83 ans a interpellé le conseiller municipal du quartier Saint-Sacrement, Sébastien Langlois. Il a rapidement planifié une rencontre d’information qui s’est tenue 9 janvier. Elle a porté fruit. « On a triplé notre banque de bénévoles. On a 15 personnes intéressées à donner du temps », se réjouit-il.

Un comité de gestion de la patinoire Saint-Sacrement sera formé à l’automne. « On a de super de bons éléments qui se sont ajoutés (chez les bénévoles). On a des gens avec de l’expérience en mécanique et en gestion, entre autres. Ça va être de prendre les forces de chacun. Le but, c’est de mieux s’organiser pour que ce soit plus facile pour tout le monde», précise encore le conseiller municipal.

Les jeunes aussi

Fait à noter, quelques adolescents ont également manifesté leur désir de faire leur part pour la survie de la patinoire. « Je leur ai dit : «Grattez la patinoire tout simplement», car ça aide aux bénévoles adultes pour l’arrosage. À la gang, gratter, c’est très rapide. Les adultes aussi peuvent le faire pour soutenir les bénévoles », explique Sébastien Langlois.

À l’origine de cette incroyable prise en main pour assurer la survie de l’infrastructure, Jos D’Astous s’est montré très heureux de ce dénouement. « Ça me rassure beaucoup beaucoup. Je suis moins inquiet. Là, il y a un monsieur qui va fermer la patinoire à tous les soirs », souligne-t-il, tout en notant l’aide précieuse apportée par le conseiller du quartier.

Avec la quantité impressionnante de neige tombée depuis le début de l’hiver, beaucoup de grattage et de soufflage sont nécessaires sur les patinoires extérieures à Baie-Comeau. Des bénévoles, il y en a jamais trop. D’ailleurs, du côté de la surface glacée à l’arrière du centre Henry-Leonard, un appel à l’aide en ce sens a aussi été lancé récemment.

Partager cet article