Mont Ti-Basse : des skieurs interpellent les élus

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 janvier 2017
Temps de lecture :

Nathalie Poitras et d’autres skieurs ont interpellé directement les élus sur la gestion du centre de ski du mont Ti-Basse depuis le début de l’hiver.

Baie-Comeau – Les élus de la Ville de Baie-Comeau font leur mea culpa face à la gestion déficiente de la station de ski du mont Ti-Basse cet hiver. Interpellés par des utilisateurs mécontents lors de la dernière séance du conseil municipal, ils ont reconnu les lacunes et, pour y remédier, ils misent notamment sur une plus grande consultation des skieurs.

« Ce que je comprends, c’est que les utilisateurs devront être plus questionnés », a admis le maire Claude Martel après avoir écouté les doléances des citoyens.

Le centre de ski a connu un début de saison erratique. La directrice de l’école de glisse, Nathalie Poitras, et quelques skieurs qui ont vu neigé, ont pris la parole à la séance du 23 janvier pour en fournir maints exemples. L’ouverture tardive de certaines pistes malgré la quantité incroyable de neige reçue, la réduction des heures d’ouverture pendant le temps des fêtes, la fermeture de la station pendant les tempêtes de neige et l’absence de support apporté aux superviseures en poste par les dirigeants du service des loisirs sont à la liste des récriminations exprimées.

La deuxième montagne, où se trouvent les pentes 17, 19, 20 et 21, n’a été accessible qu’à la deuxième semaine de janvier, a aussi déploré Nathalie Poitras. Le directeur général François Corriveau a défendu la municipalité en parlant de l’obligation de terminer l’enneigement artificiel de la première montagne avant de déplacer les équipements. Il a aussi rappelé que, bien que beaucoup de neige soit tombée depuis décembre, elle était parfois balayée au sommet des pentes.

La directrice de l’école de glisse a reconnu l’excellent état des pentes. Cependant, a-t-elle précisé, tout comme  d’autres adeptes de ski alpin, elle préférerait de beaucoup une ouverture plus hâtive avec des conditions imparfaites, quitte à les améliorer au cours de l’hiver.

Les utilisateurs ont fourni quelques suggestions pour corriger le tir, en rappelant qu’il fut une époque où le centre de ski était davantage défendu à la table du conseil municipal puisque des élus en étaient membres. Comme ce n’est plus le cas aujourd’hui, ils se sont même proposé d’initier le maire ou des conseillers à la pratique du ski alpin. M. Martel s’est d’ailleurs fait dire qu’il s’agirait d’une belle activité de plein air pour l’occuper à sa retraite.

Le meilleur à venir

Le meilleur est à venir pour le mont Ti-Basse, croit le maire. D’ici deux à trois semaines, la Ville recevra le rapport d’une consultante mandatée pour apporter des pistes de solution afin d’améliorer le fonctionnement du service des loisirs, incluant la station de ski, et du service des arts et de la culture.

Après l’étude des recommandations et la réflexion qui s’impose, un plan d’action sera élaboré. M. Martel a confiance que cela débouchera sur du positif.

La Ville a beau allonger 500 000 $ annuellement dans l’opération du centre de ski du mont Ti-Basse et être pointée du doigt pour les lacunes dans son fonctionnement, la fin des activités n’a jamais fait partie de ses plans, insiste le maire. Elle ne détesterait pas, toutefois, en remettre la gestion à une corporation indépendante, un peu à l’image du Centre des arts de Baie-Comeau.

Partager cet article