Jean-Roch Barbeau lorgne la mairie de Pointe-Lebel

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 31 août 2017
Temps de lecture :
À 77 ans, Jean-Roch Barbeau a encore le gout de servir et affirme avoir le temps pour s’investir. Il veut tenter sa chance à la mairie de Pointe-Lebel à l’élection générale de novembre 2017. Photo courtoisie

À 77 ans, Jean-Roch Barbeau a encore le gout de servir et affirme avoir le temps pour s’investir. Il veut tenter sa chance à la mairie de Pointe-Lebel à l’élection générale de novembre 2017. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Un premier aspirant candidat à la mairie de Pointe-Lebel affiche ses couleurs pour succéder au maire sortant Normand Morin. Il s’agit de l’actuel premier magistrat de la municipalité de Colombier, Jean-Roch Barbeau.

À 77 ans bien sonnés, cet ancien travailleur de l’industrie de la construction, qui a résidé 30 ans à Baie-Comeau et sept autres à Pointe-aux-Outardes, refuse de s’asseoir et passer le temps à se bercer. Il affirme avoir encore le gout de servir et le temps pour s’investir.

À ce chapitre, il faut d’ailleurs rappeler que l’actuel maire lebelois a expliqué sa décision de quitter ses fonctions après un premier mandat de quatre ans par la difficulté à concilier son horaire de travail de jour et de nuit à l’aluminerie Alcoa et sa fonction de maire, avec tout ce qui s’y rattache.

Pour en revenir à M. Barbeau, il possède une propriété à Pointe-Lebel depuis quatre ans. Après 10 ans passés aux Escoumins et 13 à Colombier, il veut revenir s’installer dans la Manicouagan et compte faire profiter les Lebelois de son expérience en politique.

« Je suis conscient qu’il y a de l’ouvrage (à faire à Pointe-Lebel) », souligne l’aspirant candidat, qui se dit un homme de terrain et prêt à passer à l’action. En juin, il était d’ailleurs présent au lancement du projet pilote Rolodune, destiné à ralentir l’érosion des berges dans le secteur de pointe Paradis.

À propos du dépôt prochain de sa candidature à la mairie de Pointe-Lebel, M. Barbeau souligne : « J’offre mes services. C’est une offre que je fais à la population. Premièrement, je suis disponible. Deuxièmement, j’ai un peu d’expérience. »

Son passé politique

La piqûre politique, M. Barbeau l’a depuis longtemps. De 1990 à 1994, il a fait partie du conseil municipal de Pointe-aux-Outardes sous le règne du défunt maire Serge Bouchard.

Quand il a quitté la Manicouagan pour acheter un dépanneur aux Escoumins en 1994, il s’est rapidement fait élire à un poste de conseiller municipal. Après à peine un peu plus de deux ans d’expérience, il s’est lancé dans une course à la mairie, qu’il a perdue. « Je n’étais pas assez connu », dit-il pour expliquer sa défaite.

Lorsqu’il s’est installé à Colombier en 2003, il n’a pas été longtemps à l’écart de la politique municipale. En 2005, il était élu maire de Colombier. Après son premier mandat, il a été battu, mais le vainqueur de 2009 s’est rapidement avoué… vaincu. Un an plus tard, il quittait ses fonctions, ouvrant la porte au retour de M. Barbeau à la mairie lors d’une élection partielle. En 2013, le maire sortant a de nouveau remporté l’élection.

L’homme a un bilan qui pourrait faire l’envie de bien d’autres maires. Au cours des dernières années, Colombier a fait l’achat d’un camion de pompier et d’autres machineries qu’elle a payés comptant. Pour une population de 700 habitants, ce n’est pas si mal, affirme le maire sortant. « J’ai un bon bilan et j’ai une bonne gestion » assure-t-il.

Partager cet article