Marcel Furlong part en campagne

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 28 septembre 2017
Temps de lecture :
Marcel Furlong a lancé lundi sa campagne électorale à la préfecture de la MRC de Manicouagan. Photo Le Manic

Marcel Furlong a lancé lundi sa campagne électorale à la préfecture de la MRC de Manicouagan. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Marcel Furlong a officiellement lancé sa campagne à l’élection du premier préfet élu au suffrage universel à la MRC de Manicouagan, lundi, devant une trentaine de personnes. Le développement économique de la région, il en fait son principal cheval de bataille.

Jusqu’à tout récemment président-directeur général de la corporation Innovation et Développement (ID) Manicouagan, l’évaluateur agréé, président-fondateur de la firme Les Évaluations Manicouagan, considère qu’un « virage s’impose pour attirer des investissements et susciter la création d’emplois ».

Ce virage est cependant déjà amorcé, admet M. Furlong, en référence au projet de Mason Graphite et à celui des Métaux canadiens. Il s’agit de deux dossiers sur lesquels il dit avoir travaillé par l’entremise d’ID Manicouagan.

Le début des travaux de construction du premier est imminent. Celui du deuxième est prévu en 2018 pour un début d’opération de l’usine d’alliage de silicium en 2019. « Il faudra un appui économique et politique. Il faut qu’on protège ces investissements potentiels là et je vais m’en occuper si je suis élu préfet », promet-il.

La présence d’un port de mer en eau profonde ouvert à l’année, la disponibilité d’électricité avec des raccordements à faible cout et des terrains vacants pour des industries de faible à grand gabarit sont des avantages pour la Manicouagan et le candidat à la préfecture veut tabler là-dessus pour attirer des investissements.

Des enjeux

Le dossier de cession du port de Baie-Comeau au milieu et sa remise en état font partie des enjeux liés au développement économique ciblés par celui qui fait d’ailleurs partie de l’exécutif de la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau.

À ce sujet, il assure qu’une entente de prétransfert devrait intervenir au plus tard d’ici un ou deux mois entre le gouvernement fédéral et la corporation. Elle permettra aux deux parties de négocier ensuite le montant nécessaire pour les travaux de réfection des installations portuaires, après de nombreuses années laissées à elles-mêmes.

Pour favoriser l’économie de la région, M. Furlong a également dans sa mire la construction d’un pont sur le Saguenay et l’amélioration de la desserte aérienne à partir de l’aéroport de Baie-Comeau à Pointe-Lebel, de façon à favoriser les allers et retours possibles le même jour vers les grands centres.

Si le développement économique demeure sa grande priorité, le candidat est bien conscient que le poste de préfet ratisse plus large, notamment en matière de rôles d’évaluation des petites municipalités, de gestion et d’aménagement du territoire et de tout ce qui touche la gestion des matières résiduelles. À ce dernier chapitre, il note que l’implantation du compostage impliquerait des investissements majeurs, mais que d’autres alternatives plus économiques doivent être examinées, notamment du côté de la biomasse ou d’autres bioénergies.

D’ici au scrutin du 5 novembre, M. Furlong compte notamment se rendre rencontrer les employés d’usine à leur entrée ou leur sortie du travail. Il songe aussi aller serrer des mains aux endroits achalandés, comme les marchés d’alimentation. Il n’envisage pas faire du porte-à-porte.

Rappelons que la présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire, Ginette Côté, a également annoncé son intention de briguer les suffrages au poste de préfet de la MRC de Manicouagan.

Partager cet article