Des citoyens engagés dans le développement, le défi de Ginette Côté

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 05 octobre 2017
Temps de lecture :
Ginette Côté convoite le poste de préfet de la MRC de Manicougan. Elle est déjà au travail en vue de l’élection du 5 novembre, mais sa véritable campagne, elle la lancera à la fermeture de la période des mises en candidatures le 6 octobre. Photo archives Le Manic

Ginette Côté convoite le poste de préfet de la MRC de Manicougan. Elle est déjà au travail en vue de l’élection du 5 novembre, mais sa véritable campagne, elle la lancera à la fermeture de la période des mises en candidatures le 6 octobre. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Même si elle est au travail depuis quelques semaines déjà en vue de l’élection à la préfecture de la MRC de Manicouagan, Ginette Côté compte attendre la fin de la période de mises en candidature, le 6 octobre, pour dévoiler son plan d’action et ses priorités.

« J’ai commencé. J’ai fait beaucoup de travail de terrain. Il faut travailler pour organiser notre élection », explique la candidate, présidente de la Commission scolaire de l’Estuaire depuis 30 ans. La campagne électorale comme telle s’amorcera à la fermeture des mises en candidature jusqu’au jour du scrutin, le 5 novembre.

Ginette Côté a déposé son bulletin de candidature le 22 septembre. Elle est cependant active sur les réseaux sociaux depuis la fin du mois d’aout, soit depuis l’ouverture de sa page Facebook sur le thème Notre Manicouagan, l’affaire de tous.

La candidate souhaite impliquer les citoyens de la Manicouagan dans le devenir de leur région. Elle veut qu’ils se sentent parties prenantes de son développement et non seulement des spectateurs. Selon elle, « plusieurs personnes ont eu parfois l’impression que notre développement économique était l’affaire de petits groupes d’initiés qui travaillaient à l’abri de tous les regards et qui se sentaient peu ou pas redevables à la population ».

Une voix de plus

Le poste de préfet est méconnu parmi la population. L’élection de son titulaire par l’ensemble des maires de la MRC, principe qui a toujours prévalu jusqu’à présent, peut expliquer que les gens ne se sentent pas concernés. Mais avec la première élection au suffrage universel en novembre 2017, la donne doit changer. Ginette Côté y tient.

« C’est une voix politique de plus », insiste-t-elle, en référence au fait que ce ne sera plus à un maire de jumeler la tâche de préfet. Et contrairement à ce que certains pensent, elle tient à préciser que le préfet ne sera pas « le boss des maires ».

Pour mieux faire comprendre le rôle d’une MRC dans la vie citoyenne, et par ricochet celui du préfet, la candidate compte utiliser sa page Facebook. Elle cite à titre d’exemple la gestion de deux programmes de la Société d’habitation du Québec et à la Politique de soutien aux projets structurants (PSPS), anciennement le Pacte rural.

« Je vais m’appliquer avant le début de la campagne à faire en sorte que les citoyens se sentent concernés. Il faut trouver une façon d’impliquer notre monde pour qu’il se sente concerné et ait une voix forte », martèle Ginette Côté au sujet du développement de la Manicouagan sous toutes ses formes.

Cet engagement de la communauté et ce sentiment d’appartenance à développer, celle qui a déjà rempli deux mandats comme mairesse de Pointe-Lebel en fait son grand défi. Le développement de la région, c’est avec la population qu’il doit se faire, indique-t-elle.

Rappelons enfin qu’un autre candidat a déposé son bulletin de candidature pour le poste de préfet de la MRC de Manicouagan.

Il s’agit de Marcel Furlong, propriétaire-fondateur de la firme Les Évaluations Manicouagan et président-directeur général de la corporation Innovation et Développement Manicouagan, jusqu’à tout récemment.

Partager cet article