Cinq candidats proclamés maires dans la Manicouagan

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 10 octobre 2017
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Cinq candidats aux postes de maire dans les sept petites municipalités de la MRC de Manicouagan ont été élus ou réélus sans opposition, vendredi, à la fin de la période de mises en candidature en vue du scrutin général du 5 novembre dans le monde municipal au Québec.

Le maire de Chute-aux-Outardes, Yoland Émond, et son homologue de Ragueneau, Joseph Imbeault, ont obtenu leur laissez-passer pour un deuxième mandat. Personne n’a voulu se frotter à eux dans le cadre d’une campagne électorale.

À Pointe-aux-Outardes, Serge Deschênes a été élu à la mairie pour un premier mandat. Depuis juillet, il assumait cependant la fonction à la suite du décès de l’ex-maire André Lepage.

Du côté de Pointe-Lebel, il aura fallu attendre dans les dernières minutes de la période de mises en candidature, amorcée le 22 septembre, pour que l’adversaire du maire sortant, Normand Morin, se manifeste. Jean-Roch Barbeau quitte la mairie de Colombier pour tenter sa chance en territoire lebelois.

Les Panoramas

À l’est de Baie-Comeau, deux des trois municipalités du secteur des Panoramas n’auront pas à tenir d’élection au poste de maire.

À Franquelin, Steeve Grenier a été élu sans opposition. Cette fois-ci, il réussit son entrée à la mairie, qu’il convoitait déjà à l’élection de 2013. Il avait alors obtenu 46 % des suffrages exprimés. Après six mandats consécutifs à son actif, l’ex-maire Michel Lévesque a décidé de tirer sa révérence.

Du côté de Godbout, Jean-Yves Bouffard succède à la mairesse Nicole Champagne, dont les défis professionnels l’amènent ailleurs. Après une expérience de 16 mois comme conseiller municipal, le retraité d’Hydro-Québec prend donc les commandes du conseil municipal pour les quatre prochaines années.

Il y aura une élection à la mairie de Baie-Trinité. Marc Tremblay, un nouveau venu en politique municipale, croisera le fer avec Victor D’Amours. Ce dernier occupait le poste de maire depuis la démission de Denis Lejeune en aout.

Aucun candidat

Pas moins de cinq districts électoraux disséminés dans trois municipalités n’avaient aucun candidat en lice à la fin de la période de mise en candidature.

C’est à Franquelin où la situation est la plus corsée. Personne ne s’est pointé pour pourvoir trois des six postes de conseiller. Les candidats aux trois autres ont été élus sans opposition. La directrice générale de la municipalité, Diane Cyr, se prépare à reprendre le processus électoral dès cette semaine. Dans le passé, explique-t-elle, la même chose s’est déjà produite parce qu’un district était sans candidat. Or, surprise!, une élection avait été nécessaire puisque deux candidats briguaient le poste.

Un district électoral est également libre à Baie-Trinité et un autre à Godbout.

Partager cet article