Paul Brisson table sur l’information et l’étalement des taxes

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 20 octobre 2017
Temps de lecture :
Deux des pancartes du candidat à la préfecture de la MRC de Manicouagan, Paul Brisson, auraient fait l’objet de vandalisme. Une plainte a été logée à la Sûreté du Québec. Photo courtoisie

Deux des pancartes du candidat à la préfecture de la MRC de Manicouagan, Paul Brisson, auraient fait l’objet de vandalisme. Une plainte a été logée à la Sûreté du Québec. Photo courtoisie

Baie-Comeau – S’il est élu à la préfecture de la MRC de Manicouagan, Paul Brisson a l’intention de créer un poste d’agent d’information, en plus de soumettre aux maires des petites municipalités l’idée d’une étude d’impact concernant l’étalement du paiement des taxes foncières sur une période qui pourrait aller jusqu’à 12 mois.

« Ça fait partie d’une réorganisation qu’on devra mettre en place avec l’arrivée d’un nouveau préfet élu au suffrage universel. Ça prend une structure autour du bureau du préfet », souligne le candidat au sujet de l’embauche d’une personne responsable des communications avec les citoyens et les médias. Ce même employé pourrait aussi prêter main-forte aux petites municipalités de la MRC.

Selon M. Brisson, les rencontres qu’il fait depuis le début de sa campagne lui démontrent que la très grande majorité des citoyens ignorent la mission de la MRC et le rôle d’un préfet. Un agent d’information, explique-t-il, pourra informer la population sur les dossiers traités et les bons coups. « L’information, c’est primordial », fait valoir celui qui a fait carrière dans le monde des médias pendant une quarantaine d’années afin de prendre sa retraite en 2015.

Quant à sa proposition d’étude d’impact au sujet des taxes foncières, le candidat l’explique par souci de donner de l’oxygène aux contribuables, les particuliers comme les PME. Il veut vérifier « de quelles façons on peut améliorer l’étalement des taxes ». Actuellement, les municipalités permettent jusqu’à trois versements. M. Brisson reconnait que le taux de taxation et la perception des taxes foncières sont des domaines qui appartiennent à chaque municipalité.

Vent de changement

Celui qui fait campagne sur le thème Pour un vent de changement assure que, s’il est élu, des réaménagements dans la gestion de la MRC seront réalisés. « Je ne m’en vais pas là dans un esprit de continuité. Ça va prendre du dynamisme et des engagements. Il va falloir que ça bouge », précise-t-il.

L’aspirant préfet pense à la réévaluation inévitable de certains postes. Il reconnait que rapidement après l’élection, les prévisions budgétaires 2018 devront être adoptées. Le travail de préparation aura été fait dans les mois précédents. « On va rentrer dans le moule, on va suivre le train et ensuite, on va faire les changements », conclut-il.

Vandalisme

Par ailleurs, le candidat a eu la désagréable surprise de constater dimanche que deux de ses pancartes électorales auraient été vandalisées en étant jetées par terre, l’une face à l’hôtel de ville de la rue Marquette et l’autre à l’entrée ouest de municipalité, sur le boulevard Laflèche. Trois autres pancartes du candidat ont subi le même sort la nuit suivante. M. Brisson a porté plainte à la Sûreté du Québec.

« Je précise que l’on peut détruire toutes mes pancartes, cependant, on ne détruira pas l’homme qui espère s’investir pour la région », martèle-t-il.

Au moins une autre pancarte électorale a été « modifiée » par le biais d’un graffiti, a constaté Le Manic lundi. Elle appartient à Yves Montigny, candidat à la mairie de Baie-Comeau.

Partager cet article