Une boutique éphémère pour le magasinage des Fêtes – Au Passé recomposé s’installe aux Galeries de la Capitale

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 22 novembre 2017
Temps de lecture :
Julie Tremblay espère développer de nouveaux marchés avec sa boutique Au Passé recomposé ébénisterie créative, installée pendant cinq semaines aux Galeries de la Capitale. Photo courtoisie

Julie Tremblay espère développer de nouveaux marchés avec sa boutique Au Passé recomposé ébénisterie créative, installée pendant cinq semaines aux Galeries de la Capitale. Photo courtoisie

Baie-Comeau – « Je suis vraiment fière de faire ça et j’espère que ça va marcher. C’est une carte de visite pour me faire voir ailleurs qu’ici », s’exclame Julie Tremblay, qui vient d’ouvrir la boutique éphémère Au Passé recomposé ébénisterie créative aux Galeries de la Capitale à Québec.

La femme d’affaires de Pointe-aux-Outardes et véritable artiste dans la fabrication de meubles et autres objets faits de matériaux recyclés est aux anges. Elle espère se faire connaître à Québec, trouver preneurs pour ses œuvres et aussi intéresser une ou des boutiques de la ville à offrir en vente des éléments de sa production qu’elle pourrait laisser en consignation.

Julie Tremblay, en affaires depuis six ans, réalise un rêve qu’elle caresse depuis quelques années. « J’ai eu cette idée-là, car j’aimerais développer un marché plus large que Baie-Comeau. J’ai pensé à une boutique éphémère pour que les gens puissent voir les meubles en vrai, pas juste en photos », souligne-t-elle.

Pour donner davantage de visibilité à ses produits, l’artiste en ébénisterie avait aussi envisagé de courir les marchés de Noël, mais a rejeté cette idée, car elle aurait été limitée au chapitre des gros meubles.

Cinq semaines là-bas

Depuis le 20 novembre et jusqu’au 23 décembre, Au Passé recomposé ébénisterie créative accueille les clients dans un local de 3 000 pieds carrés situé au deuxième étage du mail central des Galeries de la Capitale, tout près du magasin Sears.

Lors des premières tractations avec la direction du centre commercial, il était question d’un petit kiosque de vente d’une centaine de pieds carrés dans le mail. Ensuite, Julie Tremblay s’est fait proposer de s’associer à d’autres artistes pour occuper un local. Ce projet a achoppé. Finalement, à son grand bonheur, on lui a offert un grand local qui vient à peine de se libérer.

Les Galeries de la Capitale cherchaient à diversifier leur offre et l’aspect écologique associé à la production de la petite entreprise a rapidement souri à la personne responsable là-bas.

Depuis quelques semaines, l’artiste-ébéniste a mis un frein sur les commandes pour concentrer toute sa production en prévision de sa boutique éphémère. En fin de semaine dernière, un camion-remorque a quitté l’atelier Au passé recomposé de Pointe-aux-Outardes rempli de meubles, de rangements, de miroirs, de pharmacies et de vanités pour la salle de bains et, notamment d’îlots de cuisine faits de matériaux recyclés. « On a des dessus de table en métal. On a beaucoup de choses faites avec de vieilles fenêtres récupérées », cite-t-elle en exemple.

Julie Tremblay et sa sœur Sara se relaieront à la boutique des Galeries de la Capitale afin d’assurer une permanence pour mieux représenter l’atelier Au Passé recomposé. Deux employées ont aussi été embauchées à Québec. Et, par le plus grand des hasards, elles sont originaires de Pointe-aux-Outardes.

On ne sait jamais…

En installant ses pénates à Québec pendant la période de magasinage des Fêtes, la femme d’affaires espère évidemment que ça lui permettra de développer de nouveaux marchés. « En allant se faire voir là-bas, on ne sait jamais ce qui peut arriver », lance-t-elle confiante.

Elle s’est fait dire que 140 000 personnes par jour circulaient dans le centre commercial. C’est un potentiel de visibilité incroyable dont elle espère profiter.

Partager cet article