Jean-Martin Aussant déboulonne les mythes de l’entrepreneuriat collectif

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 30 novembre 2017
Temps de lecture :

Jean-Martin Aussant était l’invité de la Chambre de commerce de Manicouagan jeudi midi. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Les stéréotypes qui entourent l’entrepreneuriat collectif  sont tenaces, mais ils tombent après avoir entendu le discours du directeur général du Chantier de l’économie sociale, Jean-Martin Aussant.

Jeudi midi, une soixantaine de gens d’affaires et de représentants de ce modèle de développement économique ont écouté l’ancien politicien, fondateur du parti Option nationale en 2011 après avoir quitté le Parti québécois, leur décrire la réalité et les mérites de l’entrepreneuriat collectif pour faire face aux enjeux de développement et de relève en affaires.

M. Aussant a terminé à Baie-Comeau une tournée du Québec enclenchée voilà deux ans afin de démystifier ce pan méconnu de l’économie qui, dit-il, doit tendre vers l’équilibre avec l’État et le privé en matière de développement.

 

D’entrée de jeu, M. Aussant a tenu à distinguer les organismes communautaires de l’entrepreneuriat collectif. Les deux ont beau faire partie du pilier collectif et avoir ainsi des valeurs de solidarité, l’activité économique n’est présente que dans le deuxième.

 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le taux de survie du modèle collectif est supérieur au privé. Dans le premier, près de la moitié fermeront leurs portes après 10 ans, tandis que dans le second, c’est 8 entreprises sur 10 qui mettront la clé sur la porte. « C’est un autre stéréotype qui tombe. Ce n’est pas vrai que c’est de la petite économie dont personne ne veut s’occuper, car c’est solide », a assuré M. Aussant.

Pour en apprendre davantage, consultez la prochaine édition papier du journal Le Manic.

 

Partager cet article