Girard et Desbiens réalisent un autre tour de force

Par Sandro Célant 12:00 AM - 15 Décembre 2017
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le couple formé par Mélanie Girard et Tommy Desbiens est revenu à la charge avec un autre tour de force lors de la récente compétition de dynamophilie organisée par la WRPF (World Raw Powerlifting Federation).

Après avoir connu une première sortie fructueuse, quelques mois plus tôt à Québec, les deux athlètes locaux et partenaires de vie ont enchainé avec une autre prestation de grande qualité dans la Vieille Capitale.

Impliqué dans la classe ouverte, le duo s’est vite hissé dans le peloton des meneurs et ont profité du rendez-vous provincial pour fracasser plusieurs records personnels et canadiens.

Selon la formule en vigueur pour calculer les wilks (un coefficient basé selon le sexe, le poids corporel et le total des charges soulevées dans les trois épreuves), nos deux aspirants ont littéralement volé la vedette.

Mélanie première

En lice chez les dames de 33-39 ans, Mélanie Girard s’est habilement hissée au premier rang du cumulatif (hommes et femmes)grâce à un wilk de 519 contre 507 pour Adam Boucher (Nouveau-Brunswick) et 502 pour son conjoint Tommy Desbiens.

La championne au classement final a de plus amélioré trois marques personnelles. Au bench press, elle a soulevé 231 livres, 26 de mieux que son ancienne marque. Au squat, la Baie-Comoise a réussi 375 livres, 40 de plus que son record précédent.

L’athlète locale a complété sa compétition avec une charge globale de 385 livres au soulevé de terre, soit une amélioration de 45 livres par rapport à sa sortie précédente.

« Je suis vraiment contente des résultats, surtout que je pesais dix livres (126) de moins que la dernière fois. J’étais très bien préparée par mon entraineur Alex Banville et tout s’est super bien déroulé », a commenté la grande gagnante.

Tommy

Actif chez les 24-33 ans, Tommy Desbiens a aussi fait la manchette avec un total de 1813 livres au cours des trois épreuves et des nouveaux records canadiens à sa fiche.

L’homme fort a soulevé 523 livres au bench press et 630 livres au squat, mais a raté ses troisièmes essais dans les deux cas. Il n’a pas eu le choix d’ouvrir la machine pour le soulevé de terre.

Avec un record personnel de 635 livres, Desbiens a grimpé la barre à 660 livres et a réussi.

« Je n’avais pas d’autre option que de hausser ma charge si je voulais atteindre le wilk à 500. C’était un gros test et c’est pourquoi je suis tellement heureux de l’avoir passé », a résumé le dynamophile.

À Baie-Comeau

Deux autres athlètes locaux ont pris part à la compétition présentée dans un local du concessionnaire Mercedes-Benz de Québec. Nicolas Rioux et Lisa-Marie Otis (elle en était à son baptême de la compétition) ont bien fait et ont atteint leurs objectifs dans leur division.

Il s’agissait de la deuxième compétition provinciale officielle organisée par la WRPF et son porte-parole, Jean-François Caron, couronné l’homme le plus fort au Canada au cours des sept dernières années.

Après Québec, c’est au tour de Baie-Comeau d’emboiter le pas et d’orchestrer le prochain rendez-vous à l’affiche le 24 mars 2018 dans le hall principal du Centre Laflèche.

« Nous voulons faire connaitre le sport et donner la chance à tous les athlètes de la région intéressés. Des gros noms vont également se déplacer en ville pour l’occasion. Cela devrait donner un très bon spectacle », a ajouté Tommy Desbiens, qui agira comme coordonnateur de l’événement fort attendu au printemps prochain.

Partager cet article