Le propriétaire de la maison moyenne paiera 17 $ de plus en 2018 à Baie-Comeau

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 19 Décembre 2017
Temps de lecture :

Le maire Yves Montigny, accompagné de la trésorière Jeannie Caron, indique que la hausse de 0,01 $ du taux de la taxe foncière du secteur résidentiel, soit 17 $ de plus sur le compte de taxes, permettra à la Ville de Baie-Comeau d’amorcer la relance de son économie. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Le compte de taxes des contribuables de Baie-Comeau augmentera très légèrement en 2018. Il se situera à 2 996 $ pour le propriétaire de la maison moyenne évaluée à 174 927 $, soit un écart d’à peine 17 $.

Le maire Yves Montigny insiste sur le fait que cette « hausse modérée et raisonnable des taxes municipales » est en quelque sorte le prix à payer pour amorcer dès l’an prochain la relance économique à Baie-Comeau, le principal cheval de bataille de sa campagne électorale.

Le taux de la taxe foncière augmente de 0,01 $ pour se fixer à 1,59 $ par tranche de 100 $ d’évaluation dans la catégorie du résidentiel et des immeubles de six logements, une hausse inférieure à celles annoncées dans les villes de Matane et Rimouski, précise l’élu. La taxe d’eau demeure au beau fixe à 215 $.

Du côté commercial et industriel, les taux se situeront respectivement à 3,77 $ et 4,02 $ par tranche de 100 $ d’évaluation, en hausse de 0,03 $.

Le taux de taxation pour les terrains vacants bondit cependant de 24 % et passe de 3 $ à 3,73 $ par tranche de 100 $ d’évaluation. Il s’agit du maximum permis par la loi. Cette mesure vise à fouetter l’économie et à encourager leurs propriétaires à réaliser des projets sur ces terrains commerciaux situés principalement le long du boulevard La Salle et de la route Maritime.

En cette dernière année du rôle triennal d’évaluation 2016-2018, la Ville ira chercher 796 000 $ de plus en revenus de taxation. De ce montant, 319 134 $ provient de la hausse de 1 % des taux de taxation et 302 894 $ de l’augmentation des valeurs au rôle. L’autre somme de 174 012 $ est liée à l’agrandissement du Château Baie-Comeau. Par contre, dans ce cas-ci, il s’agit d’une entrée et d’une sortie puisque la résidence profite d’un crédit de taxes sur la plus-value de la phase 3 pour une période de cinq ans.

Fait à noter, le réseau électrique continue de rapporter. Il est question de revenus de 1,4 M$ en 2018.

La Ville perdra 73 000 $ en transferts de péréquation en lien direct avec les mesures du dernier pacte fiscal au Québec. Le maire Montigny a bien l’intention de se battre bec et ongles pour renverser la vapeur. « Le pacte fiscal, ce n’est pas avantageux pour Baie-Comeau. Le pacte fiscal nous a fait mal et ce n’est pas vrai qu’on va laisser ça comme ça dans l’avenir », assure-t-il.

Dépenses et relance

Les prévisions budgétaires 2018 prévoient des dépenses de fonctionnement de 65 842 590 $, un bond de 911 790 $ (1,3 %). Une enveloppe de 700 000 $ est prévue pour permettre à la Ville de se donner une marge de manœuvre pour relancer son économie, mais aussi de faire face aux imprévus sans aller gruger le surplus cumulé, comme cela s’est notamment fait en 2017.

La croissance économique passera notamment par l’embauche d’une personne qui dirigera le développement stratégique à la Société d’expansion de Baie-Comeau. Elle viendra soutenir l’actuelle conseillère stratégique au développement qui en a plein les bras, selon M. Montigny.

Parmi les principales variations à la colonne des dépenses du prochain budget, notons une somme de 416 000 $ qui va à l’augmentation des avantages sociaux futurs et une autre de 245 000 $ pour la démolition de l’intérieur de l’immeuble du 67-71, place La Salle. À la liste des nouvelles dépenses, il y a aussi 187 606 $ attribuable à la mise en marche de la nouvelle usine d’eau potable.

Le surplus fond

Pour équilibrer son budget, la Ville ira puiser 3 462 390 $ dans son surplus cumulé, qui fond d’ailleurs comme neige au soleil. Avec cette nouvelle affectation, il ne resterait plus à la fin de 2018 que 741 824 $ disponibles dans ses coffres. Au 31 décembre 2016, le surplus s’établissait à 7 859 041 $.

Le peu d’argent qui restera à la fin de la prochaine année a de quoi semer de l’inquiétude pour la confection des prévisions budgétaires en 2019 et en 2020, prévient le maire. D’où l’importance, selon lui, d’aller chercher de nouveaux revenus de taxes pour la croissance de l’économie.

Au 31 décembre 2017, l’endettement de la Ville s’établira à 100,1 M$, en baisse de 7,2 M$ comparativement à 2016. Le remboursement de 11,5 M$ prévu en 2018 représente 17,65 % du budget.

« Avec les travaux à l’usine d’eau qui tirent à leur fin, nous pourrons espérer un répit dans les prochaines années et reprendre le contrôle de nos emprunts majeurs », précise le maire Montigny. Il rappelle toutefois que le ratio d’endettement ne devrait pas dépasser 15 % du budget, selon la cible de l’Union des municipalités du Québec. En 2016, ce ratio était de 19 % à Baie-Comeau.

Partager cet article