Une passerelle de calibre international pour Croisières Baie-Comeau

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 23 janvier 2018
Temps de lecture :

Le « Disney Magic » est attendu à deux reprises à Baie-Comeau en septembre. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Croisières Baie-Comeau s’enrichira bientôt d’une deuxième passerelle pour lui permettre d’accueillir des navires de grand gabarit. Le premier sur la liste demeure le Disney Magic, qui fera escale chez nous les 25 et 30 septembre 2018.

L’actuelle passerelle utilisée par les croisiéristes pour quitter les navires et partir à la découverte de la Manicouagan limite les types de navires pouvant être accueillis. La configuration du Disney Magic ne le permettrait pas, à titre d’exemple.

Croisières Baie-Comeau se lance dans ce projet en tenant compte aussi de la tendance en matière de croisières internationales, qui semble se diriger vers des navires de plus en plus gros.

» La destination de Québec mise sur les navires de 4 000 passagers et plus. C’est ça qui s’en vient pour 2019-2020 », souligne la directrice générale de l’organisme baie-comois, Renée Dumas. Elle se réjouit que l’escale Baie-Comeau s’outille ainsi en prévision d’accueillir ces cathédrales des mers puisque, précise-t-elle, ce ne sont pas toutes les destinations sur le Saint-Laurent qui pourront se le permettre.

Ingénieurs au travail

Une firme d’ingénierie est déjà au travail pour concevoir la future passerelle. Les professionnels sont d’ailleurs en contact avec les gens de Disney pour que l’infrastructure respecte leurs besoins, notamment au niveau du degré d’inclinaison.

Dans le cas du Disney Magic, c’est la conception même du bateau, plutôt que ses 2 500 passagers, qui oblige une nouvelle passerelle. Avec sa longueur de 300 mètres, il s’agira du plus gros bateau de croisière de l’histoire à Baie-Comeau.

Le cout du projet se situe à 60 000 $, mais est financé à 80 % par le Fonds d’initiatives du Plan Nord. La différence est aux frais de Croisières Baie-Comeau.
21 escales attendues

L’année 2018 promet d’être très féconde avec 21 escales inscrites à l’horaire, du 27 mai au 2 novembre. Dans les faits, hormis une visite du Pearl Mist au printemps, la saison d’activité s’amorcera le 3 septembre avec le passage d’un habitué, le Seabourn Quest.

En 12 ans de croisières, ce sera la première fois que la saison se terminera aussi tardivement, le record à ce chapitre ayant été enregistré en 2017 avec une dernière escale le 22 octobre.

L’année très chargée qui attend Croisières Baie-Comeau sera indubitablement marquée par les deux visites du Disney Magic. « Juste la visibilité qu’on va avoir, c’est comme une publicité qu’on ne pourrait jamais se payer », mentionne Renée Dumas, emballée.

Une panoplie d’activités familiales sera d’ailleurs proposée à l’occasion des passages du navire spécialisé dans les croisières de luxe pour les familles, qui a choisi Baie-Comeau pour la première escale de son histoire dans les eaux du fleuve Saint-Laurent. Il se rendra ensuite à Saguenay et à Québec.

Fait à noter, une douzaine de navires différents sont attendus à Baie-Comeau en 2018, dont le Black Watch, celui qui a littéralement permis à la ville de plonger dans le monde des croisières en 2006 en étant le premier à accoster ici.

D’autres annulations prévues

Croisières Baie-Comeau s’attend à des annulations découlant des mesures de protection des baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent au cours de la saison 2018. Près d’un navire sur trois pourrait même déclarer forfait en raison des contraintes liées aux limites de vitesse plus basses.

« J’ai déjà prévu des annulations (30 %) dans mon plan prévisionnel. Tant mieux s’il n’y en a pas, mais ce serait irréaliste de penser qu’il n’y en aura pas », souligne la directrice générale, qui dit cependant comprendre l’importance des mesures imposées par Transports Canada.

En 2017, trois des 14 bateaux de croisière attendus ont été contraints d’annuler leur arrêt à Baie-Comeau en raison des mesures fédérales. Un quatrième qui devait arrêter en janvier, le CTMA Vacancier, ne s’est pas présenté en raison de conditions de glace.

Renée Dumas n’a cependant aucune inquiétude quant à d’éventuelles annulations du magistral Disney Magic. Elle a obtenu la confirmation qu’il se rendra à bon port, et ce, peu importe que les mesures de protection, levées temporairement pour le moment, soient réinstaurées ou non.

Partager cet article