Après avoir été accusé de manque de transparence, le CISSS se rapproche des élus

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 25 janvier 2018
Temps de lecture :
En mai 2017, les préfets de la Côte-Nord avaient dénoncé le manque de transparence du CISSS. Photo archives Le Manic

En mai 2017, les préfets de la Côte-Nord avaient dénoncé le manque de transparence du CISSS. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord veut se rapprocher des élus. Une fois l’an, il partira à la rencontre des maires et des préfets afin de discuter des enjeux de l’heure et écouter leurs préoccupations.

On se souviendra qu’en mai 2017, les préfets des MRC de la Côte-Nord effectuaient une sortie publique pour dénoncer le manque d’ouverture et de transparence du CISSS depuis sa création en 2015.

La nouvelle démarche s’est amorcée la semaine dernière lors d’échanges avec le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, et le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong.

Les discussions ont été conviviales, selon Sandra Morin, adjointe au PDG et responsable des relations avec les médias au CISSS. La prochaine rencontre se déroulera le 21 février en Minganie et les autres rendez-vous restent à fixer.

Le CISSS veut profiter des prochaines discussions avec les élus nord-côtiers pour les informer des mesures de compressions budgétaires auxquelles ils doivent s’attendre dans leurs territoires respectifs en raison du déficit de 14 M$ prévu au 31 mars.

Mme Morin indique qu’un nouveau plan d’optimisation est présentement en attente d’approbation par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Si la réponse ne parvient pas d’ici la séance publique ordinaire du 31 janvier, une séance extraordinaire du conseil d’administration sera convoquée dans les jours suivants pour procéder à son adoption.

L’ampleur du manque à gagner s’explique par différentes raisons, notamment l’augmentation « astronomique » de la facture de l’assurance salaire et les couts inhérents à la main-d’œuvre indépendante nécessaire pour suppléer à la pénurie de personnel.

Partager cet article