Le Drakkar se prépare pour un voyage déterminant

Par Sandro Célant 12:00 AM - 15 février 2018
Temps de lecture :
Engagés dans le creux de la vague (fiche de 0-4-2 avant la partie de mardi contre Drummondville), les joueurs du Drakkar devront vite se retrousser les manches et redresser la barre s’ils souhaitent s’en sortir. La prochaine commande à l’étranger ne s’annonce pas facile avec une série de trois parties en moins de 48 heures face à Gatineau, Shawinigan et Sherbrooke. Photos Denis Thibault

Engagés dans le creux de la vague (fiche de 0-4-2 avant la partie de mardi contre Drummondville), les joueurs du Drakkar devront vite se retrousser les manches et redresser la barre s’ils souhaitent s’en sortir. La prochaine commande à l’étranger ne s’annonce pas facile avec une série de trois parties en moins de 48 heures face à Gatineau, Shawinigan et Sherbrooke. Photos Denis Thibault

Baie-Comeau – Après avoir pris difficilement la mesure des Voltigeurs de Drummondville, mardi soir, le Drakkar se prépare en prévision d’un voyage fort déterminant au cours des prochains jours.

Les matelots devront vraiment se retrousser les manches avec cette commande de trois parties en moins de 48 heures sur des glaces étrangères.

La première escale est prévue à Gatineau, vendredi soir, avant de se déplacer vers Shawinigan pour samedi 16 h avant de compléter le périple à Sherbrooke dimanche après-midi.

La victoire in extremis de 4-3, en prolongation, face aux Voltigeurs a mis un terme à une vilaine disette de six revers consécutifs tout en enlevant beaucoup de pression aux membres de l’équipage, qui s’apprêtent à affronter trois clubs plus à leur portée.

Peloton

Impliqué dans le peloton regroupant les équipes classées entre la 10e et 15e position, le Drakkar se devra de produire face à des adversaires avec qui il bataille de près au cumulatif. La troupe baie-comoise a encore 14 matchs à disputer au calendrier régulier. Le temps commence à presser.

Les Olympiques occupent le 10e échelon contre le 12e pour Sherbrooke. Les Cataractes se retrouvent au 17e rang. « Peu importe l’adversaire de l’autre côté, il faut d’abord s’occuper de notre équipe et bien exécuter les choses que nous pouvons contrôler », a répété l’entraineur-chef Martin Bernard.

La mauvaise exécution est une expression qui revient souvent dans les conversations durant cette période creuse dans laquelle les patineurs locaux n’ont récolté que deux maigres points (fiche de 0-4-2) sur une possibilité de 12 avant la victoire de mardi.

« Il y a encore trop de petits détails qui font défaut durant un match et qui expliquent ces hauts et ces bas dans le cours d’une partie. Les joueurs doivent rester concentrés et se montrer constants durant trois périodes. Il faut aborder les matchs un à la fois et élever notre intensité afin de s’en sortir. Les séries s’en viennent et l’objectif est d’ajouter des victoires au tableau afin d’améliorer notre sort au classement », a répété le patron derrière le banc.

En vitesse

Au hockey, on dit souvent qu’il faut revenir à la base quand les choses vont moins bien et ce dicton s’applique à bien des joueurs par les temps qui courent. L’objectif est de bien travailler collectivement et ce n’est vraiment pas ce qui s’est produit au cours des dernières semaines…Le réalisateur Jean Baron a profité de la récente visite des Remparts de Québec pour concevoir un montage visuel très intéressant sur les moments forts de l’ex-numéro 35 Antoine Samuel qui, en compagnie de ses parents présents pour l’occasion, a fort apprécié cet instant mémorable en présence de ses anciens partisans.

Partager cet article