Haro sur les enseignes commerciales désuètes ou obsolètes

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 28 février 2018
Temps de lecture :
Même si la boutique Manuel Le Bottier est fermée depuis de très nombreuses années, l’enseigne est toujours en place. Quant à l’enseigne à gauche, les inscriptions ont totalement disparu.

Même si la boutique Manuel Le Bottier est fermée depuis de très nombreuses années, l’enseigne est toujours en place. Quant à l’enseigne à gauche, les inscriptions ont totalement disparu.

Baie-Comeau – Foi du maire Yves Montigny, l’amélioration de l’esthétisme urbain de la Ville de Baie-Comeau passera notamment par un grand ménage réalisé du côté des enseignes commerciales désuètes ou obsolètes.

« Il faut que les propriétaires d’édifices et de locaux se mettent à jour », souligne l’élu, qui voit là une façon de rendre la ville plus attrayante et, de ce fait, plus attractive. « Il faut que les gens soient fiers de la ville », insiste-t-il.

L’élu veut faire maison nette de tous ces affichages qui n’ont absolument plus aucun rapport depuis plusieurs années en raison de fermetures de commerces, de changements de vocation ou d’abandons de bâtiment. Il cite en exemple l’enseigne de Manuel Le Bottier, une boutique fermée depuis des lunes au centre-ville du Plateau.

Autre exemple, l’enseigne de l’ancien motel Amigo du boulevard La Salle, lui aussi fermé depuis longtemps, mais doté d’une nouvelle vocation. Pour le moment, aucun dénombrement de ces enseignes altérées ou obsolètes n’a été réalisé.

La réglementation

La réglementation existante sera examinée afin de vérifier ce qui peut être fait dans ce dossier. S’il le faut, des modifications seront apportées pour que la Ville ait les coudées franches afin obliger les propriétaires des bâtiments concernés à agir.

Les premières discussions sur la nouvelle orientation de la Ville de Baie-Comeau en matière d’esthétisme urbain ont été entamées avant l’arrivée du nouveau conseil municipal en novembre 2017. L’encadrement de l’utilisation de conteneurs à des fins d’entreposage en fait partie, tout comme la démolition de l’intérieur de l’édifice du 67-71, place La Salle, bâtiment repris par municipalité.

« Dans le plan stratégique de notre ville, il y a une orientation sur l’urbanisme et pour planifier l’urbanisme, ça nous prend un plan. Le plan en vigueur date de 2003 et n’est plus adapté en 2018 », a précisé M. Montigny en conclusion.

Partager cet article